Nouvelle procédure pour l’obtention des visas tchèques

02-06-2009

A partir du 1er juin, les ressortissants de certains pays devront se soumettre à de nouvelles formalités pour obtenir un visa de long séjour en République tchèque. Quelles sont-elles et comment les pays concernés ont-ils été choisis ?

Jan Kohout, photo: CTKJan Kohout, photo: CTK Les citoyens de 16 pays, dont le Vietnam, la Mongolie, l’Ukraine, la Moldavie ou la Russie par exemple, doivent donc, à partir du 1er juin, présenter leurs demandes de visas pour un séjour supérieur à 90 jours en République tchèque sur le site internet du système Visapoint mis en place par le ministère des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie tchèque, Jan Kohout, nous explique la raison de l’institution de cette procédure :

« C’est un système qui apporte de la clarté et de la transparence. Il ne peut être manipulé. Il représente une barrière contre la corruption quelle qu’elle soit et que je ne peux pas exclure, mais sur laquelle je ne possède aucune preuve. »

L’adresse du nouveau système est simple : www.visapoint.eu. Le projet pilote de l’enregistrement des demandes de visas a été testé à l’ambassade tchèque de Hanoï, car ses services avaient souvent été sévèrement critiqués bien que n’étant pas en cause directement. C’est pour mettre fin à ces critiques et à la pratique des intermédiaires vietnamiens qui percevaient de forts pots de vin que devaient leur verser les demandeurs de visas, que ce système a été mis en place. A partir du 1er juin une autre formalité devient obligatoire pour les ressortissants de certains pays désireux de séjourner plus de 90 jours en Tchéquie. Ils doivent accompagner leurs demandes de visas d’un certificat médical attestant qu’ils ne sont pas atteints de la tuberculose, de la syphilis ou VIH positifs. Comment les pays concernés ont-ils été choisis ? Réponse par Jan Vyčítal du ministère des Affaires étrangères :

« Il s’agit de chiffres dont dispose l’Organisation mondiale de la santé. Ils sont aussi à la disposition de la direction du Service d’hygiène de la République tchèque. Ce service et la police d’immigration ont étudié ces chiffres et, grâce à eux, ils ont pu établir une liste de 10 Etats à haut risque. »

Le ministère des Affaires étrangères insiste sur le fait qu’il ne peut s’agir, en aucun cas, d’une quelconque discrimination et que la nouvelle formalité est exclusivement destinée à protéger la santé des citoyens tchèques. Les Etats concernés sont les suivants : le Kenya, le Congo, la Moldavie, la Mongolie, le Nigeria, le Pakistan, le Turkménistan, le Tadjikistan, l’Ukraine et le Vietnam.

02-06-2009