OTAN : l’armée tchèque présente dans les pays baltes en 2019, au sol et dans les airs

28-01-2019

L’année 2019 s’annonce plus chargée que la précédente pour l’armée tchèque et ses missions à l’étranger, notamment dans les pays baltes. Tandis qu’environ 300 soldats viennent d’être déployés en Lituanie et en Lettonie, en septembre prochain ce sera en Estonie que les avions Gripen de l’armée tchèque, actuellement en préparation, seront basés avec leurs pilotes et le personnel au sol.

Les soldats tchèques en Lettonie, photo: Site officiel de l'Armée tchèqueLes soldats tchèques en Lettonie, photo: Site officiel de l'Armée tchèque Depuis le début du mois, c’est sur la base d’Adazi en Lettonie, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale Riga, que 55 soldats tchèques ont été placés sous commandement canadien dans le cadre des mesures dites de « présence avancée renforcée » (eFP) mises en œuvre par l’OTAN.

Dans ce même cadre - un peu plus au sud, en Lituanie voisine - ce sont 230 soldats de l’armée tchèque qui viennent de prendre la relève de leurs collègues présents sur place depuis l’été aux côtés de militaires de sept autres pays, placés cette fois sous commandement allemand.

Les bataillons tchèques mécanisés présents sur place sont équipés entre autres de véhicules Pandur, basés au nord-est de Vilnius.

Plus haut dans le ciel, ce seront dans quelques mois les chasseurs tchèques Gripen, de fabrication suédoise, qui prendront part une nouvelle fois à la mission de police aérienne dans l’espace aérien des trois pays baltes membres de l’OTAN.

Photo: Archives du Gouvernement tchèquePhoto: Archives du Gouvernement tchèque Avions et pilotes font ces jours-ci l’objet d’une préparation spéciale, comme l’indique le major Pavel Pavlík, en charge de l’unité tchèque prête à participer à cette mission Baltic Air policing 2019 :

« Nous préparons déjà l’installation sur nos appareils de missiles antimissiles, de canons et de systèmes de détection qui permettent de repérer les avions de nuit. Les armes ne pourront être utilisées qu’en cas de légitime défense. Nous avons également un équipement laser qui permet d’identifier à longue distance, de jour comme de nuit, de quel avion il s’agit et éventuellement de quel armement il est équipé. »

Les Gripen, leurs pilotes et le personnel au sol ne seront pas stationnés sur la base lituanienne de Siaulai comme cela avait été le cas en 2012, mais, à partir de septembre et pour une durée de quatre mois, sur l’aéroport militaire d’Ämari en Estonie.

1191 soldats tchèques en mission à l'étranger en 2019

Les soldats tchèques en Afghanistan, photo: Michaela Schejbalová / Site officiel de l'Armée tchèqueLes soldats tchèques en Afghanistan, photo: Michaela Schejbalová / Site officiel de l'Armée tchèque En tout, 1191 soldats tchèques doivent être déployés hors des frontières du pays cette année, soit une centaine de plus qu’en 2018. Le directeur du centre commun d’opération du ministère de la Défense précise que ce sont aussi les missions en Afghanistan et au Mali qui sont renforcées.

Jiří Verner : « En Afghanistan nous avons une unité en plus de soutien - cela représente environ 90 personnes, dans les provinces d’Herat et du Logar. Au Mali, nous disposons aussi d’une unité de défense en plus par rapport à l’année dernière, soit environ 75 soldats en plus dans le centre d’entrainement de Koulikoro. »

D’après les chiffres publiés par l’Etat-major tchèque, le coût prévu en 2019 pour l’ensemble des missions militaires à l’étranger s’élève à 2,4 milliards de couronnes (contre 2,1 milliards en 2018), soit près de cent millions d’euros.

28-01-2019