Pierre Boulez : « Le temps de Janáček va encore venir »

12-06-2009

Pierre Boulez, l’homme sans qui la musique du XXe siècle ne serait pas ce qu’elle est, a été nommé docteur honoris causa de l’Académie des Art Janáček (JAMU) de Brno. Par cette distinction l’académie désire apprécier l’ensemble de l’œuvre du célèbre compositeur et chef d’orchestre et aussi son excellente interprétation et propagation d’œuvres de Leoš Janáček.

Pierre Boulez, photo: CTKPierre Boulez, photo: CTK A 84 ans, Pierre Boulez est une personnalité légendaire de la musique moderne. Bien que son âge ne l’empêche pas de poursuivre ses nombreuses activités, il l’a fait quand même revenir sur certaines opinions trop radicales de sa jeunesse. Ce jeudi, il est venu à la cérémonie de Brno depuis Vienne où il prépare une série de trois concerts d’œuvres de Debussy, de Szymanowski et de Skriabine avec l’Orchestre philharmonique viennois. Il dit avoir découvert la musique de Janáček relativement tard parce qu’à l’époque de ses études, le compositeur morave n’était pas joué en France. Il admire l’originalité de Janáček et l’opiniâtreté avec laquelle ce novateur a su imposer son langage musical. Selon la musicologue Wanda Dobrovská, aujourd’hui Boulez est un excellent interprète de cette musique:

«Il présente la musique de Janáček déjà depuis longtemps. Il a dirigé à de diverses occasions ‘Le Carnet d’un disparu’, ‘La Sinfonietta’, ‘La Messe glagolitique’. En été 2008, il a dirigé un concert consacré complètement à Janáček dans les cadre du festival Proms à Londres avec, au programme ‘La Messe glagolitique’, ‘La Sinfonietta’ et encore ‘Le Capriccio’. Mais ce qui est le plus important c’est sa participation en tant que chef d’orchestre à la production de l’opéra ‘De la maison des morts’ dans une mise en scène de Patrice Chéreau, qui a été présentée, il y a deux ans, à Vienne, à Amsterdam et en France.»

Déjà l’année dernière Pierre Boulez avait reçu à Paris une médaille de la Fondation Leoš Janáček pour ses interprétations d’œuvres de ce compositeur mais pour Wanda Dobrovská, cette fois-ci, son arrivée à Brno revêt une nouvelle importance:

«J’y vois au fond un geste symbolique. A l’instar de Pierre Boulez qui présente Janáček dans le monde, l’Académie des arts Janáček amène symboliquement Boulez à Brno en République tchèque. La musique de Janáček en a toujours besoin, Pierre Boulez dit que Leoš Janáček est un compositeur moderne et que son temps va encore venir. Bien sûr, c’est symbolique, ce n’est pas la première visite de Pierre Boulez, il a déjà donné des concerts en Tchéquie, mais cette fois-ci ce n’est pas une simple visite pour diriger un orchestre, cette fois-ci nous l’adoptons comme s’il était l’un des nôtres.»

Parmi les docteurs honoris causa de l’Académie Janáček de Brno on compte déjà le chef d’orchestre Zdeněk Mácal, le dramaturge britannique d’origine tchèque Tom Stoppard et le dramaturge devenu président de la République Václav Havel.

12-06-2009