Plus de 1500 ressortissants étrangers licenciés sont repartis dans leur pays avec une aide du gouvernement tchèque

18-05-2009

La crise financière et ses conséquences sur l’économie n’ont pas épargné la République tchèque, qui souffrait il y a encore peu de temps d’une pénurie de main d’oeuvre. Avec la récession, les entreprises ont licencié en priorité les ouvriers étrangers et les autorités tchèques ont choisi de les inciter à rentrer chez eux avec une aide financière. En trois mois, plus de 1500 ressortissants étrangers sont repartis dans leur pays d’origine.

Photo: CTKPhoto: CTK Le programme a commencé en février dernier : le gouvernement tchèque offrait 500 euros en liquide et un billet d’avion à tous les ressortissants de pays hors Union européenne licenciés par leur employeur.

Depuis la mise en place de ce programme de « retour volontaire », 1508 personnes en tout se sont inscrites. Il s’agit en grande majorité de ressortissants mongols (985), ouzbeks (252) et vietnamiens (166). Sur ces 1508, 1444 ont déjà quitté le territoire tchèque. La semaine dernière, 37 personnes se sont encores inscrites.

A la base, le projet était conçu pour un maximum de 2000 travailleurs étrangers séjournant légalement en République tchèque. Mais, depuis le début du mois, les autorités tchèques ont décidé d’étendre ce programme également aux étrangers en situation irrégulière.

La police des étrangers de Plzeň, photo: CTKLa police des étrangers de Plzeň, photo: CTK 2000 autres personnes pourront bénéficier de la deuxième phase du programme, mais elles recevront 400 euros au lieu des 500 donnés aux premiers partis. 250 euros par enfant de moins de 15 ans étaient également donnés aux parents.

Dans le même temps, la police a multiplié et renforcé les contrôles visant les clandestins. En avril, 220 personnes dont le permis de séjour n’était plus valide ont été expulsées.

Selon Kateřina Rendlová, porte-parole de la police des étrangers, le nombre de ressortissants de pays tiers a tendance à baisser en République tchèque. Le nombre d’expulsions aussi avec, selon les chiffres officiels, 2909 expulsions l’année dernière contre 6960 en 2006.

18-05-2009