Qui sont les eurodéputés tchèques ?

28-05-2019

Les vingt-et-un sièges dont dispose la République tchèque au Parlement européen seront occupés par les représentants de sept partis. Cette répartition des mandats confirme un éparpillement de la scène politique, qui profite entre autres aux Pirates et au parti d’extrême-droite SPD (Liberté et démocratie directe), qui seront représentés pour la première fois à Strasbourg.

Alexandr Vondra, photo: ČTK / Kateřina ŠulováAlexandr Vondra, photo: ČTK / Kateřina Šulová Avec un score légèrement supérieur à 21 %, soit huit points de moins que lors des élections législatives en 2017, le mouvement populiste ANO n’a pas rencontré le succès espéré par son leader, le Premier ministre Andrej Babiš. Avec six députés, soit deux de plus que lors des précédentes européennes en 2014, la principale formation de la coalition gouvernementale n’en reste pas moins celle qui figurera en plus grand nombre à Strasbourg parmi les partis politiques tchèques.

Derrière, l’ODS sera nouvellement représenté par quatre députés au Parlement européen, contre deux actuellement. Parmi eux se trouve notamment Alexandr Vondra. Alors qu’il n’apparaissait initialement qu’en quinzième position sur la liste du parti conservateur fondé après la révolution par l’ancien président eurosceptique Václav Klaus, l’ex-ministre des Affaires étrangères a bénéficié du vote préférentiel de près de 30 000 électeurs. Jan Zahradil, lui, est le seul politicien tchèque à avoir été élu lors des quatre scrutins continentaux qui se sont tenus en République tchèque depuis l’adhésion de celle-ci à l’Union européenne en 2004. Comme ses collègues de l’ODS, Jan Zahradil a bien l’intention de réformer l’UE autant que faire se peut :

Jan Zahradil, photo: ČTK / Kateřina ŠulováJan Zahradil, photo: ČTK / Kateřina Šulová « Nous commencerons au Parlement européen de façon à y former une nouvelle majorité différente de celle qui a prévalu ces vingt dernières années et qui a mené l'UE dans une impasse. Ce que nous voulons, c’est une Union décentralisée qui réduise la voilure, une Union à plusieurs vitesses qui en fasse moins mais mieux. »

« Plus mais pas beaucoup mieux » a en revanche été la mobilisation des électeurs en République tchèque. Bien que supérieur de dix points à celui de 2014, le taux de participation de 28 %, identique à ceux de 2004 et 2009, est resté le troisième le plus faible parmi les Vingt-Huit. Seules la Slovaquie et la Slovénie accusent une abstention plus importante encore.

Un tiers des députés tchèques seront des femmes, soit deux de plus qu’actuellement. Parmi elles, quatre siègent déjà à Strasbourg, comme Michaela Šojdrová du parti chrétien-démocrate et Kateřina Konečná, l’unique membre du parti communiste élue.

Markéta Gregorová, photo: ČTK/Taneček DavidMarkéta Gregorová, photo: ČTK/Taneček David Du côté des Pirates, qui pour l’heure hésitent encore sur la fraction qu’ils rejoindront, Markéta Gregorová comptera, à 26 ans, parmi les plus jeunes représentants au Parlement européen. Sitôt son élection, elle a annoncé sa démission des fonctions de conseillère municipale à Brno.

Inversement, c’est dans les rangs du SPD que l’on trouve les eurodéputés tchèques les plus âgés. Hynek Blaško, 63 ans, général de réserve et ancien commandant des Forces armées de l'Armée tchèque, et Ivan David, 66 ans, seront les deux représentants de la formation d’extrême-droite.

28-05-2019