Restaurant Mailsi : à Prague, les parfums du Pakistan

29-06-2009

Plus de 5000 kilomètres séparent Prague du Pakistan, mais les tchèques n’ont pas à aller aussi loin : pour goûter des spécialités pakistanaises, il leur suffit d’aller à Zizkov, au restaurant Mailsi, ouvert depuis 1997 rue Lipanska. Nous avons rencontré son propriétaire, Ali Nazakat.

Le Pakistan, ce n’est pas forcément la porte à côté quand on est en République tchèque. Alors comment vous êtes arrivés à Prague, d’autant plus que vous m’avez dit que vous êtes passés un temps par la Belgique ?

 « Oui… Avant d’être en Belgique, j’ai habité en Allemagne et puis en Belgique, donc. Puis je suis venu ici, avec des amis de la Tchéquie, pour visiter. Ce sont mes amis de la Tchéquie qui m’ont dit d’ouvrir un restaurant ici, il n’y avait pas de restaurant pakistanais. J’ai commencé à y penser, c’était une bonne idée, et comme ça je suis venu ici pour ouvrir ce restaurant. J’ai quitté mon pays en 1985. Jusqu’en 1989, je suis resté en Allemagne et en 1995 je suis venu la première fois à Prague. Et en nonante-sept, j’ai ouvert ce restaurant. »

Vous me parliez du nom du restaurant. « Mailsi », c’est le nom d’une petite ville au Pakistan, d’où vous venez…

 « Oui, comme moi je suis venu ici, et même en Belgique ou en Allemagne, quand les gens du Pakistan me demandent d’où je suis venu et que je leur dis le nom de mon village, personne ne connaît cette ville, parce que c’est une toute petite ville. Ainsi, j’ai donné le nom de ma ville et tout le monde peut connaître. Quand quelqu’un me voit, il dit tout de suite « c’est de Mailsi, le nom de la ville », et quand quelqu’un me téléphone, il le voit aussi ; cela me semble bien… »

Vous me disiez aussi que vous êtes un des rares restaurants à marquer « pakistanais » sur votre enseigne, alors que de nombreux restaurants même pakistanais se présentent plutôt comme « indiens »…

 « Mais moi je suis venu du Punjab, au Pakistan. Et en Inde et au Punjab, on a la même nourriture, la même langue mais les autres gens ont plutôt tendance à se dire « indiens » parce que c’est plus connu aussi. Et quand je suis venu ici, un des premiers, quelqu’un m’a donné le conseil de marquer plutôt pakistanais. C’était quelqu’un de l’ambassade du Pakistan parce qu’au Parlement ou dans un ministère les gens demandaient toujours s’il y avait un restaurant pakistanais ici. Et comme ça, il m’a donné le conseil de marquer plutôt Pakistan, et c’était une bonne idée. Et ainsi ils ont marqué que j’étais le premier restaurant du Pakistan ici, comme ça je suis respecté et j’ai une bonne réputation en Tchéquie. »

29-06-2009