Troisième édition du festival La Prague de Dvořák

24-08-2010

On termine avec de la musique classique et le festival Dvořákova Praha, « La Prague de Dvořák » en français, qui se déroule actuellement dans la capitale tchèque et jusqu’au 4 septembre.

Photo: CTKPhoto: CTK C’est la troisième édition de ce festival international consacré évidemment à l’œuvre du compositeur tchèque Antonín Dvořák, mais aussi à d’autres compositeurs étrangers. Jusqu’à la fin de la semaine prochaine, il y aura des concerts pratiquement tous les soirs, au Rudolfinum et au musée de la musique.

Pour la deuxième fois en deux ans, le festival a débuté par la remise du prix Antonín Dvořák par l’Académie tchèque de musique classique. Cette année, c’est l’un des meilleurs pianistes tchèques, Ivan Moravec, qui a été récompensé.

Ivan Moravec, photo: CTKIvan Moravec, photo: CTK « Je sais qu’il y avait une douzaine de candidats nominés pour ce prix, dont Jiři Bělohlávek. Et c’est moi qui ai été choisi, donc je suis content », a déclaré Ivan Moravec après la remise du prix.

Le festival propose cette année un total de 16 concerts, dont le premier a été donné vendredi dernier par l’Orchestre symphonique de la ville de Birmingham. Des pointures du genre sont également attendues à Prague, dont le baryton russe Dmitri Hvorostovskij, la pianiste portugaise Maria Joao Pires et le pianiste polonais Piotr Anderszewski.

La pianiste Maria Joao Pires et le violoncelliste Pavel Gomziakov, photo: CTKLa pianiste Maria Joao Pires et le violoncelliste Pavel Gomziakov, photo: CTK Ce samedi soir à 20h ce sera un quatuor français à l’affiche, le quatuor Ebène, avec au programme du Haydn et du Schubert. Et jeudi prochain, ce sera au tour de l’Orchestre national de France de se produire sous la direction de l’Italien Daniele Gatti.

Décidément beaucoup d’artistes de l’Hexagone pour cette troisième édition, puisque le concert de clôture du festival, assuré par la Philharmonie tchèque, sera dirigé par le chef français Ludovic Morlot, avec un autre Français, Cédric Tiberghien, au piano. Au programme de ce dernier concert, le Bolero de Ravel, du Chopin, mais aussi bien sûr du Dvořák avec l’ouverture hussite et la symphonie numéro 7.

Pour plus d’infos : www.dvorakovapraha.cz

24-08-2010