Un siècle d’Histoire en Tchécoslovaquie à travers les histoires de 100 femmes

29-05-2019

Il y a cent ans de cela, en 1919, la Tchécoslovaquie devenait un des premiers pays en Europe à accorder le droit de vote aux femmes. Pour marquer cet événement, la documentariste Bibiana Beňová et la journaliste Terezie Zemánková ont mis sur pied « První ženy » - « Premières femmes », un projet dont l’objectif est de présenter les histoires de cent femmes du siècle écoulé peu ou mal connues du grand public.

Bibiana Beňová et Terezie Zemánková, photo: Ondřej TomšůBibiana Beňová et Terezie Zemánková, photo: Ondřej Tomšů

Les vingt années qui, durant l’entre-deux-guerres, ont suivi la création de la Première République tchécoslovaque sont généralement considérées comme un chapitre glorieux de l’histoire tchèque. Que ce soit dans les domaines politique, diplomatique, économique, industriel ou encore culturel, le nouveau pays né sur les cendres de l’Empire austro-hongrois, qui compte alors parmi les rares démocraties en Europe, est en plein essor. Mais de Masaryk à Beneš en passant par l’écrivain Karel Čapek, les grandes figures de ces deux décennies sont essentiellement masculines. Ce déficit de considération pour les femmes, qui s’étend également aux décennies suivantes, Terezie Zemánková souhaite donc le résorber à travers le projet multimédia « První ženy » :

« Le droit de vote des femmes tchécoslovaques a été appliqué pour la première fois en 1920. Notre idée est donc de rassembler cent histoires d’ici à 2020 pour évoquer l’action de femmes parfois de l’ombre qui mériteraient d’être mises en lumière. Il s’agit de femmes, tchèques et slovaques, dont les noms ne figurent pas dans les livres d’histoire et dont la majorité des gens ne savent finalement que peu de choses. »

Pour l’heure, parmi les quelques portraits proposés sur le site, figure par exemple celui de l’ancienne danseuse étoile Daria Klimentová. Une interview et un petit documentaire vidéo sont ainsi disponibles. Mais son auteure Bibiana Beňová pense déjà aux suivants :

Barbora Markéta EliášováBarbora Markéta Eliášová « J’aime par exemple beaucoup l’histoire de Barbora Markéta Eliášová. Malgré ses origines très modestes, elle est devenue une grande exploratrice. Elle a été la première femme à faire le tour du monde, vingt ans avant Miroslav Zikmund et Jiří Hanzelka qui, eux, sont devenus des icônes. A une époque où il était très rare qu’une femme voyage seule, elle s’est rendue et a vécu au Japon, puis dans des régions plus exotiques encore. Elle a écrit des ouvrages qui, certes, peuvent être rangés dans la catégorie bibliothèque rose, mais qui avaient quand même le mérite de présenter la place et le rôle des femmes à l’étranger. »

En l’espace d’un siècle, cette place et ce rôle des femmes, mais aussi la considération que portent les hommes à celles-ci, ont bien évolué, ne serait-ce que sur le territoire de l’ancienne Tchécoslovaquie. L’élection tout récemment de Zuzana Čaputová à la présidence de la République dans la très traditionnelle et conservatrice Slovaquie tend à confirmer cette tendance, selon Bibiana Beňová :

Photo: Le projet První ženyPhoto: Le projet První ženy « Notre ambition à la base était de découvrir les femmes qui ont écrit l’Histoire. Puis cette direction nous est apparue trop restrictive, car il y a beaucoup de femmes contemporaines qui ont plein de choses à dire. Or, comme nous nous sommes fixés comme cadre temporel qui, dans l’espace tchécoslovaque, s’étend de l’institution du droit de vote des femmes à l’élection de Zuzana Čaputová, nous avons voulu élargir notre champ d’intérêt de façon à montrer comment a évolué le regard que l’on porte sur les femmes, mais aussi quels étaient les thèmes d’actualité relatifs aux femmes il y a cent ou cinquante ans, et quels sont ceux d’aujourd’hui. »

Soutenu par les ambassades de Suisse et du Royaume-Uni, ce projet « Cent femmes » est aussi ouvert au public. Celui-ci est invité à proposer à ses auteures les histoires de femmes, et peu importe qu’il s’agisse de chercheuses, artistes, politiciennes ou autres sportives, qui méritent d’être racontées. Et les hommes eux-mêmes savent combien il y en a…

http://prvnizeny.cz/

29-05-2019