Une nouveauté pour les étrangers qui demandent un permis de séjour permanent en Tchéquie

22-02-2008

L’amendement à la loi d’asile signé à la fin de 2007 par le président de la République stipule l’obligation des demandeurs d’un permis de séjour permanent dans notre pays de passer le test de la langue tchèque. Un test analogue sera également demandé aux intéressés étrangers pour les études supérieures en Tchéquie. Jeudi, le test a été présenté au public par ses co-auteurs des ministères de l’Education, de l’Intérieur et ceux des ONG.

Džamila StehlíkováDžamila Stehlíková A partir du 1er janvier 2009, le test de la langue tchèque sera une clé pour le permis de séjour permanent dans notre pays. Le gouvernement espère que le test sera une meilleure motivation pour les ressortissants étrangers de s’intégrer dans la société. Džamila Stehlíková, ministre chargée des minorités :

« La connaissance de la langue, c’est-à-dire l’intégration linguistique, est la première condition de l’intégration dans n’importe quel pays. »

Les intéressés pour le permis de séjour permanent devront maîtriser le tchèque au niveau élémentaire ‘A1’. Marie Hádková, bohémiste et l’un des auteurs du test :

« La personne qui passera ce test sera capable d’exprimer tout qu’il lui faut pour se faire comprendre dans la vie pratique. Les finesses de la grammaire tchèque exigeront un certain degré de tolérance… »

La première tentative de passer le test de la langue tchèque sera gratuite, chaque nouvelle tentative coûtera entre 1500 et 2000 couronnes. A l’avenir, des tests obligatoires et beaucoup plus exigeants que ceux pour les demandeurs du permis de séjour permanent attendent les étudiants étrangers souhaitant faire leurs études supérieures en République tchèque, dit Kateřina Drbohlavová, de la société SCIO qui a participé à la préparation des tests :

« L’étudiant sera obligé de comprendre la langue parlée et écrite, avec un accent sur la compréhension, c’est-à-dire qu’il y aura la partie écrite et un test prouvant la compréhension de l’idée principale du texte. »

Une chose qui est paradoxale – accéder à la citoyenneté tchèque sera, du point de vue de la maîtrise de la langue, plus simple que d’obtenir le permis de séjour permanent. Dans le cas de la citoyenneté, les examens du tchèque sont moins exigeants. Dans un premier temps, seules les écoles de langue nationales qui existent en réseau dense à travers le pays seront autorisées à pratiquer les tests. A l’avenir, avec l’accroissement du nombre de demandeurs, d’autres institutions non gouvernementales devraient s’y joindre. On prévoit que l’année prochaine, près de 30 000 ressortissants étrangers pourraient remplir les conditions exigées pour obtenir le permis de séjour permanent en République tchèque. Le nombre de ressortissants étrangers désireux de s’implanter en Tchéquie accuse, en effet, une tendance croissante : tandis qu’en 2004, 250 000 bénéficiaient du permis de séjour permanent, l’année passée, leur nombre a augmenté à près de 330 000, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur.

22-02-2008