Via Hrabal : le Centre tchèque de Paris rend hommage à Bohumil Hrabal

30-01-2013

Via Hrabal est le nom d’un grand projet du Centre tchèque du Paris, organisé depuis début janvier et jusqu’au 1er mars, autour du grand écrivain tchèque Bohumil Hrabal. Comme l’explique le directeur-adjoint, Jean-Gaspard Páleníček, il s’agit en quelque sorte d’un prélude aux célébrations du centenaire de sa naissance qui se dérouleront l’an prochain. Parmi les événements organisés, un spectacle multimédia qui s’est déroulé mi-janvier, dont a parlé davantage à Radio Prague.

Bohumil Hrabal, photo: CTBohumil Hrabal, photo: CT « C’est très visuel. Cela part du principe du collage, ce principe si cher à Hrabal. La partie principale, c’est une sorte de performance de l’artiste Václav Špale, un ami de Hrabal, qui a illustré entre autres le livre ‘A propos de Jean’, où on mélange lecture de textes, extraits de films, interventions en direct : il découpe des photos de Hrabal qu’il va superposer à d’autres images. Le tout est filmé par une caméra qui retransmet ses mains et ce qu’il fait sur l’écran, parallèlement à d’autres images et avec du son. »

Jusqu’au 1er mars, une exposition est organisée au Centre tchèque. Que peut-on y voir ?

 « Les commissaires de l’exposition sont encore une fois Václav Špale et Tomáš Mazal, mais aussi la photographe Hana Hamplová et Miloslav Paulík qui est le directeur du Musée de la photographie de Jindřichův Hradec. On peut y voir plusieurs ensembles de photos, des portraits de Hrabal entre autres, comme celui avec Philippe Noiret, ou avec Bill Clinton. Il y a un ensemble intéressant que l’ancien quartier de Libeň, avant sa restructuration, le quartier où à vécu Hrabal. Ensuite, il y a un ensemble consacré aux illustrations et aux couvertures des livres de Hrabal. Il y a aussi une grande collection des premières éditions de ses livres, tchèques, aussi bien officielles qu’en samizdat. Il y a aussi des objets personnels de Hrabal, comme son jeu de cartes de tarot. Et pour finir, certaines images de mises en scène par Ivo Krobot et des petits films de famille, privés, de Hrabal. »

Bohumil Hrabal a beaucoup été traduit en français. Quel est aujourd’hui la connaissance de Bohumil Hrabal en France ?

 « C’est toujours surprenant pour moi : si on dit le nom de Kundera à n’importe quel Français dans la rue, il l’aura déjà entendu une fois au moins dans sa vie. Quand on dit le nom de Hrabal, parfois on entend : ‘ah oui, Arrabal’. Mais c’est vrai que la presque totalité de l’œuvre de Hrabal est traduite en français, mis à part quelques textes de jeunesse. C’est une grande somme de traductions. La fréquentation de l’exposition et des soirées est très bonne au Centre tchèque. On rencontre souvent des Français qui se disent enchantés de cet auteur et qui finalement le connaissent assez intimement. Pour cet événement, nous collaboration avec la librairie La Hune, la librairie des éditions Flammarion qui se trouve place Saint-Germain-des-Prés, à côté du Centre tchèque. Ils ont consacré une de leurs grandes vitrines à Hrabal et à notre projet. »

Photo: Centre tchèque de ParisPhoto: Centre tchèque de Paris 2014 sera l’année du centenaire de la naissance de Hrabal et il va sans doute y avoir de nombreux événements en République tchèque. Est-ce que vous allez réitérer cette expérience l’an prochain ?

 « Bien sûr. Nous avons une ambition un peu folle. Comme chacun sait, les éditions de la Pléiade ont publié les œuvres choisies de Milan Kundera. Nous aimerions essayer un projet d’édition des œuvres choisies de Hrabal dans la Pléiade. Dans ce sens-là, les Italiens nous ont doublés, puisque leur équivalent de la Pléiade a publié Hrabal en tant que premier auteur tchèque de la collection. Donc, à voir si c’est réalisable, mais c’est une de nos ambitions. »

30-01-2013