La dimension politique de la Chronique de Dalimil

30-07-2014

La Chronique de Dalimil est l’un des textes fondamentaux de l’histoire de l’identité tchèque. Eloise Adde, chercheuse au Centre français de recherches en sciences sociales, vient de soutenir une thèse portant sur ce précieux texte. Au micro de Radio Prague, Eloise Adde revient sur la dimension politique de la chronique à l’époque de sa rédaction, au début du XIVe siècle, et nous éclaire sur les multiples réutilisations dont ce texte a été l’objet depuis sa rédaction jusqu’à nos jours.

La chronique de Dalimil, photo: Archives de Radio PragueLa chronique de Dalimil, photo: Archives de Radio Prague La chronique de Dalimil est un texte extrêmement connu en République tchèque. Peut-on parler d’un texte fondateur de la nation tchèque ?

 « En effet, la Chronique de Dalimil a un caractère fondateur. C’est la première chronique écrite en tchèque. Ce n’est pas la première chronique tchèque, puisqu’elle a été précédée par la Chronique de Cosmas. Mais la Chronique de Cosmas est issue de la sphère monastique et elle avait un caractère confidentiel destiné à des moines, à des clercs, à des représentants du domaine de la culture au Moyen-Âge. Avec la Chronique de Dalimil, on sort de la sphère confidentielle des monastères pour envahir le domaine public, la société, l’espace public. C’est une chronique qui entend s’adresser en tchèque à la nation tchèque. »

Comment définissez-vous le contexte dans lequel le texte a été écrit ?

 « Le contexte politique de la rédaction de ce texte est extrêmement complexe, puisque la chronique a été écrite environ en 1309-1310, c’est-à-dire trois ans après la mort de Venceslas III, assassiné le 4 août 1306. Cet assassinat rassemble des enjeux extrêmement importants puisqu’il n’a pas de descendants. Donc, après sont assassinat, la dynastie des Přemyslides s’éteint. C’est une dynastie qui régnait sur la Bohême depuis Bořivoj, depuis la fin du IXe siècle. Cela veut dire que l’Etat est d’un seul coup ébranlé dans son essence d’une certaine manière, puisque l’Etat tchèque et la Dynastie des Přemyslides ont grandi ensemble ; donc la fin de la dynastie voulait également dire la fin de l’Etat tchèque. On le voit très bien avec les velléités des Habsbourg, qui profitent de ce vide politique pour essayer de s’emparer de la Bohême afin d’en faire un domaine à part entière de leur maison. Il y a de nombreuses tensions qui s’activent de manière très forte durant cette période. »

DalimilDalimil Comment qualifiez-vous le discours de Dalimil dans la Chronique ?

 « Le discours de Dalimil est politique. L’auteur présente un programme politique extrêmement structuré. Il invite les seigneurs à se réunir et à prendre conscience de leur force. Il remonte pour cela aux origines de l’Etat tchèque et il raconte une histoire dans laquelle ce sont les seigneurs tchèques qui ont créé l’Etat tchèque et qui ont choisi Přemysl, le premier Duc de Bohême. Il donne donc de l’importance aux seigneurs tchèques en leur assignant de siéger au conseil pour jouer le rôle politique qu’ils doivent jouer et, de cette manière, remplir la mission nationale, jouer le rôle de nation et mettre en scène la nation qu’ils découvrent en ouvrant les pages de sa chronique. »

Parler de nation au XIVe siècle est extrêmement moderne. Comment la nation est-elle définie dans ce texte ?

 « La nation chez Dalimil est extrêmement importante. Il l’appelle la langue, avec toute la richesse polysémique que ce terme peut avoir puisqu’il parle de langue en utilisant le mot ‘jazyk’, qui veut dire ‘nation’ en vieux tchèque. Mais il ne parle pas que de la langue, c’est-à-dire le système de communication qui permet aux gens de parler entre eux. Il parle de la nation dans le sens moderne du terme, avec bien sûr les limites qu’il faut apporter à cette notion pour l’époque. Quand il parle de nation, ce n’est pas du tout dans les mêmes termes que dans les nôtres aujourd’hui. Il limite cette nation à la noblesse, aux seigneurs tchèques, mais pas dans un système oligarchique. Il faut se replacer dans le contexte de l’époque. Pour lui, le seigneur, c’est la personne qui est capable de préserver l’intégrité de la Bohême. Il a la vision d’une noblesse terrienne, où la noblesse joue un rôle important. Le seigneur a intérêt à préserver son domaine. Il est donc la base du territoire et du royaume. »

La chronique de DalimilLa chronique de Dalimil Préserver un domaine, un territoire, une intégrité territoriale, une nation…C’est une forme de patriotisme national avant l’heure, non?

 « C’est un peu difficile de voir les choses comme ça. Je dois à nouveau reparler du contexte, car il y a vraiment une menace importante ; le risque que la Bohême se dissémine totalement dans l’Empire des Habsbourg qui est extrêmement puissant. Au-delà de cette menace extérieure, il y a une menace intérieure qui, elle aussi, est importante, avec des Allemands très nombreux sur le territoire de la Bohême. Et il y a un changement de plus en plus sensible au cours du XIVe siècle : celui de la montée de la bourgeoisie… »

Une bourgeoisie tchèque, allemande?

 « Oui, une bourgeoisie germanisée au XIIIe siècle. C’est là la clef du message de Dalimil. Derrière toutes ces considérations politiques, nationalistes, il y a aussi une situation sociale structurante, avec une bourgeoisie allemande de plus en plus riche, de plus en plus puissante, et une noblesse tchèque qui a l’impression de perdre du terrain à la fois face à la tendance absolutiste du pouvoir qui est de plus en plus marquée dans toute la chrétienté à cette époque-là, et la montée de la bourgeoisie. La noblesse tchèque a l’impression d’être prise de court de tous les côtés. »

On devine tout l’intérêt de la réutilisation de ce texte dans les périodes ultérieures. Pouvez-vous nous donner quelques éléments pour comprendre la manière dont ce texte a été récupéré par la suite ?

La chronique de DalimilLa chronique de Dalimil « Ce texte a été extrêmement réutilisé et très tôt. C’est ça qui est intéressant. Dès le XVe siècle, il y a une réutilisation par le mouvement hussite. Et ce qui est très caractéristique, c’est que la réutilisation va se focaliser sur certains aspects du message de Dalimil. Très vite, la portée politique de son discours est totalement gommée pour privilégier les aspects nationalistes. Au XVe siècle, la menace Habsbourg est réactualisée et le mouvement hussite essaie de dégager les aspects tchèques de la société de la Bohême et de rassembler le peuple autour de ces éléments-là. Le mouvement reprend le texte comme étendard de la nation tchèque. De manière récurrente dans l’histoire, le message nationaliste est réactualisé. »

Et au-delà du Moyen-âge, comme ce texte a-t-il été utilisé ?

 « Ce texte a été réutilisé pour son message nationaliste et anti-allemand. On le voit très bien au moment du Renouveau national, qui est une période importante dans l’historiographie et dans la culture tchèques de la fin du XVIIIe siècle et durant tout le XIXe siècle. C’est une période caractérisée par le travail des philologues et des historiens tchèques, qui essaient de retrouver l’essence, d’une certaine manière, du peuple tchèque à travers ses mythes fondateurs. La Chronique que Dalimil, qui recense le mythe ethno-génétique et les légendes de la création du Duché, est reprise de manière très intense par tous ces historiens. »

Après 1948 et durant les décennies du socialisme d’Etat, ce texte est-il utilisé ? Est-il compatible avec les idéaux de l’époque ?

Oldřich et BoženaOldřich et Božena « De manière surprenante, ce texte est compatible. Il est repris de manière constante dans les programmes scolaires ; il fait partie des textes de base de la littérature tchèque. Ce qui est intéressant, c’est qu’il est repris avec le message national qui n’entrait pas en contradiction avec les idées socialistes. On lui donne une couleur plus acceptable, prolétarienne. Il y a par exemple l’histoire de la rencontre de Božena et d’Oldřich. Oldřich est l’un des ducs de Bohême au XIe siècle. Il se promène dans la région de Postoloprty, et il voit Božena, une lavandière, en train de laver du linge dans la rivière, et il clame un discours anti-allemand : ‘Je préfère me marier avec Božena, une paysanne tchèque plutôt qu’avec une reine allemande.’ Durant la période socialiste, le texte est repris non pas dans le sens anti-allemand du texte mais dans un sens prolétarien où Oldřich préfère une pauvre paysanne tchèque dans une vision démocratique du message. Ce n’était pas nécessairement dans ces termes-là que Dalimil s’adressait à son public. »

La chronique de Dalimil, photo: ELKLa chronique de Dalimil, photo: ELK On le voit en vous écoutant, ce texte est fondateur pour l’identité nationale tchèque. C’est un texte politique extrêmement moderne. Trouve-t-on des textes similaires rédigés à la même époque dans d’autres pays d’Europe centrale?

 « Non, on ne trouve pas d’autres textes. Ce texte est vraiment particulier, on ne trouve pas de texte aussi structuré et en plus aussi long (il contient 103 chapitres), capable de s’imposer comme un texte fondateur et de le rester. On le voit aujourd’hui dans les programmes scolaires. C’est un texte qui a été capable de sortir de sa portée initiale pour s’adapter aux périodes antérieures et qui est capable de mobiliser l’intérêt d’un public important. »

 

Rediffusion du 19/10/2011

30-07-2014