Les transports en commun de Prague fêtent leurs 130 ans

21-09-2005

Le 23 septembre 1875, à 15 heures 15, le premier tramway traîné par deux puissants chevaux est parti du théâtre National sur la première ligne longue de 3,4 kilomètres, conduisant à Karlin, alors une banlieue de Prague.

Photo: CTKPhoto: CTK C'est l'homme d'affaires belge, Outlet, qui a inauguré à Prague la première ligne régulière de tramways à chevaux. Les tramways, d'une capacité de 20 personnes, desservaient la ville tous les jours, de 6 heures 30 jusqu'à 22 heures le soir, avec des intervalles ne dépassant pas 7 minutes. Or, rares étaient ceux qui pouvaient se le permettre. A l'époque, c'était un moyen de transport relativement cher. Les billets à prix réduit ont vu le jour beaucoup plus tard, avec l'apparition des tramways électriques, nous dit l'historien Pavel Fojtik qui se consacre à l'histoire des transports urbains. A l'époque de l'essor maximum des tramways à chevaux, en 1897, la compagnie pragoise employait 375 personnes, elle possédait 528 chevaux, 117 voitures, 4 dépôts et une écurie.

Photo: CTKPhoto: CTK Or, à l'ère de la révolution technique, la vie des tramways hippomobiles était limitée à 30 ans. Lorsque Frantisek Krizik, ingénieur électricien et inventeur, surnommé « l'Edison tchèque », a présenté au public le premier tramway électrique, le Belge Outlet l'a traduit en justice. Le progrès ne pouvait cependant plus être arrêté. Le premier tramway électrique est apparu dans les rues à l'occasion de l'inauguration de l'Exposition universelle de 1891. Frantisek Krizik a été le premier à parcourir le nouveau trajet reliant le quartier de Letna au Palais des expositions dans une voiture électrique de sa propre invention. La même année, on a mis en service un funiculaire à Letna et un autre transportant les passagers au sommet de la colline de Petrin, dotée, à l'occasion de cette exposition, d'une tour métallique haute de 60 mètres, copie fidèle de la tour Eiffel de Paris. L'année 1891 a donc marqué un tournant fascinant dans le développement technique et industriel de Prague.

Le tramway à chevaux est parti pour son dernier voyage à travers le pont Charles le 12 mai 1905. Pendant un certain temps, les deux types de tramways - hippomobile et électrique - ont coexisté. Le transport électrique régulier a commencé à Prague dès l'année 1896. La première ligne reliait la gare Tesnov aux quartiers de Liben et Vysocany. Le développement du réseau est interrompu par la guerre, mais le début des années 1920 est marqué par un essor sans précédent des lignes électrifiées. La longueur maximum exploitée de 100 kilomètres est atteinte en 1927, avec l'ouverture de la ligne de Zlichov, dans le 5e arrondissement.

Photo: CTKPhoto: CTK Le développement du réseau des tramways dans Prague ne s'est pas arrêté après l'an 2000. Il y a un an, on a mis en service la nouvelle ligne tant attendue reliant le centre ville au quartier mal accessible de Barrandov, réputé pour ses ateliers de cinéma. Il s'agit d'un tramway dit rapide. Celui-ci passe notamment par un pont suspendu au-dessus de la vallée de Hlubocepy. La longueur actuelle du réseau est de 140 kilomètres et le parc compte près de 960 tramways.

Dès l'année 1908, le service des tramways à Prague est renforcé par les autobus qui apparaissent tout d'abord entre la place Malostranske et le quartier de Pohorelec. Le trafic de bus devient régulier en 1925 et les bus assurent surtout la correspondance entre la banlieue et les stations de trams. L'essor des autobus se situe dans les années 1960 et 1970, avec la disparition des trolleybus à Prague. Aujourd'hui, 200 lignes sont en service et l'exploitation est assurée par 1300 autobus. Quant aux trolleybus, ils ont marqué un court épisode dans l'histoire des transports urbains pragois. Mis en service en 1936, ils ont atteint leur maximum en 1959. Le 16 octobre 1972 marque la fin des trolleybus à Prague. Le moyen de transport-clé, aujourd'hui, dans la capitale tchèque, c'est le métro. Chaque jour, il transporte 1 300 000 passagers. Déjà en 1898, le célèbre homme d'affaires pragois, Ladislav Rott, avait invité la municipalité à construire à Prague le métro. Les préparatifs à la construction ont commencé dans les années 1930, mais la guerre les a interrompus. Ce n'est qu'en 1974 que la première ligne C a été mise en service. Aujourd'hui, Prague possède trois lignes d'une longueur de 54 kilomètres.

Photo: CTKPhoto: CTK Tant qu'il est question de l'histoire des transports à Prague, il ne faut pas oublier une curiosité, à savoir le trottoir roulant reliant le quai de la Vltava et le sommet de l'esplanade de Letna, en service entre les années 1920 et 1930. De même que le funiculaire de Letna, il n'est pas resté très longtemps en usage, contrairement au funiculaire de Petrin. Depuis 1985 où il a subi une troisième reconstruction, il assure un service régulier entre la station de départ à Ujezd et le sommet de la colline haute de 318 mètres. Le principe du funiculaire est resté pratiquement le même depuis son inauguration, en 1891 : la propulsion était basée sur le système de supériorité de l'eau. Dans la station supérieure, le réservoir de la voiture était rempli d'eau, et la voiture descendant par son propre poids traînait l'autre voiture en haut.

Photo: CTKPhoto: CTK Les tramways ont leur musée à Prague. Il se trouve dans le dépôt de Stresovice et on peut y voir, par exemple, le plus ancien tramway à chevaux, datant de 1886. On peut y apprendre, aussi, que les tramways de Prague étaient construits par des architectes célèbres. Ainsi, la série de voitures marquées du numéro 200 était une oeuvre de Jan Kotera. Intéressante est aussi l'histoire des couleurs. A l'origine, les tramways étaient verts, mais après 1918, date de la fondation de la Tchécoslovaquie, on a choisi la couleur rouge et dorée qui est utilisée encore aujourd'hui, sauf que les trams actuels sont souvent recouverts d'affiches de publicité, et la couleur d'origine n'est plus visible. Le musée de Prague abrite des tramways pragois uniquement. C'est la condition qui fait de ce musée une collection unique en son genre, et qui permettra de solliciter son inscription sur la liste du patrimoine de l'UNESCO.

21-09-2005