Amnistie : selon l’Institut de criminologie, la moitié des prisonniers libérés pourraient revenir en prison

04-01-2013

Sur les 7000 prisonniers à bénéficier d’une libération suite à l’amnistie partielle décrétée par le président Václav Klaus, la moitié d’entre eux environ pourraient retourner en prison. Il s’agit en tout cas de l’estimation faite par l’une des enquêtrice de l’Institut de criminologie et de prévention sociale Alena Marešová. Cette prévision pessimiste se base sur l’expérience et notamment sur les chiffres dont on dispose concernant l’une des amnisties décidées par Václav Havel. Ainsi une analyse portant sur 12 000 amnistiés avait montré que la moitié d’entre eux étaient retournés en prison en deux ans. Selon Alena Marešová, les personnes qui étaient dans l’impossibilté de payer des pensions alimentaires à leurs enfants ne le sont pas plus à leur sortie de prison.

Jeudi, on apprenait que deux hommes relâchés suite à l'amnistie partielle accordée par le président de la République avaient déjà été arrêtés. Agés de 27 ans tous les deux, les anciens détenus ont quitté la prison de Valdice en Bohême centrale mercredi à 10h30 et, après une nuit de beuverie, auraient braqué un bar dès jeudi et tenté de cambrioler une voiture.