Crise migratoire : pour le chef de la diplomatie, la République tchèque assumera ses obligations découlant de l'accord européen

23-09-2015

Le ministre des Affaires étrangères, Lubomír Zaorálek, a fait savoir que la République tchèque assumera ses obligations découlant de l'accord trouvé mardi entre les ministres de l'Intérieur de l'UE, malgré le "non" de la République tchèque, de la Slovaquie, de la Roumanie et de la Hongrie. Selon le chef de la diplomatie, seule une position commune permettra à l'UE de faire face à l'afflux de réfugiés. Lubomír Zaorálek a précisé que si l'accord ne mentionne aucun plafond pour l'accueil des réfugiés, le projet d'origine a tout de même changé puisque les quotas migratoires seraient désormais temporaires. "La décision de mardi ne représente donc pas tout-à-fait un échec de la République tchèque," estime-t-il encore.