Der Spiegel : la société Agrofert, du ministre des Finances, aurait influencé la distribution de l'argent européen

14-06-2016 mis à jour

L'Office européen de lutte antifraude (OLAF) disposerait de preuves selon lesquelles des représentants du géant tchèque de l'agroalimentaire Agrofert auraient influencé la répartition des subventions européennes en Tchéquie. C'est ce que rapporte l'hebdomadaire allemand Der Spiegel dans son édition publiée ce lundi. D'après le magazine, l'enquête est compliquée par le fait que le ministre des Finances tchèque, Andrej Babiš, propriétaire du groupe Agrofert, aurait un réseau conséquent de proches à des postes importants à Bruxelles. Les représentants d'Agrofert auraient fait pression pour qu'un fonds opérationnel européen ne soit pas seulement destiné aux petites et moyennes entreprises mais aussi aux grands groupes. Selon Der Spiegel, l'OLAF enquêterait également sur l'affaire dite du « Nid de cigognes », qui implique aussi Agrofert et M. Babiš. Ce dernier a rejeté toute pression de la part d'Agrofert dans cette affaire.