Des potences que la police aurait dû interdire

02-07-2015

Le ministre de l'Intérieur attend des explications de la part de la hiérarchie de la police sur le fait que les forces de l'ordre ne soient pas intervenues pour confisquer les potences déployées par des manifestants anti-réfugiés sur la Place Venceslas mercredi. Milan Chovanec estime "qu'au XXIe siècle il n'est pas normal qu'on menace lors de manifestations à l'aide de potences". Plusieurs de ces symboles de mise à mort ont été exhibés lors de ce rassemblement organisé par le député Tomio Okamura.