La Fédération internationale d'athlétisme a blanchi les décathloniens Roman Sebrle et Tomas Dvorak soupçonnés à tort de dopage

13-08-2005

La Fédération internationale d'athlétisme a finalement décidé de ne pas sanctionner Roman Sebrle et Tomas Dvorak pour avoir reçu des injections de glucose, mercredi, avant la dernière épreuve du décathlon, le 1500 m. Par ailleurs, les contrôles anti-dopage auxquels se sont soumis le champion olympique d'Athènes et son équipier se sont révélés négatifs. C'est donc la fin d'une affaire qui avait éclatée vendredi suite à un article publié par un journal finlandais qui rapportait que les deux athlètes tchèques avaient reçu une injection de glucose avant la fin de la compétition. Un décathlonien finlandais qui a assisté à la scène avait décidé, avec le soutien de sa fédération nationale, de déposer une réclamation auprès de la Fédération internationale. Selon les règles de l'agence mondiale anti-dopage, toute injection de quelque produit que ce soit pendant la compétition est interdite, sauf s'il s'agit d'une intervention médicale visant à préserver la santé de l'athlète. Le médecin tchèque affirme que le taux de sucre des Sebrle et Dvorak était faible et que leur santé aurait donc pu être mise en danger.