La mairie de Prague veut demander la suspension de la procédure pénale dans l’affaire de la carte électronique des transports en commun Opencard

05-09-2013

La mairie de Prague veut demander la suspension des poursuites pénales dans le cadre de la carte électronique des transports en commun pragois Opencard. C’est ce qu’a déclaré ce jeudi, Klára Samková, l’avocate qui représente nouvellement la mairie de Prague. Selon elle, la police n’agit pas conformément à la loi, dans le cadre d’un procès qui, toujours selon elle, est probablement un procès politique. Certains membres de l’ancienne ainsi que de l’actuelle formation du conseil municipal, sont accusés d’abus de confiance, dans le cadre du projet de la très controversée carte électronique des transports en commun Opencard, faisant l’objet de soupçons en raison de la surévaluation de son montant. La police soupçonne dix actuels et anciens conseillers municipaux des partis TOP 09 et ODS, ainsi que l’actuel maire de Prague, Tomáš Hudeček (TOP 09), pour violation de l'obligation de l’administration de biens publics, et violation des règles de concurrence dans le cadre d’un appel d’offres publiques, lancé sous l’ancien maire de Prague, Pavel Bém (ODS). L’appel d’offres n’aurait pas été officiellement publié, et aurait été adressé à un seul fournisseur, la société Haguess, pour la somme de 57 millions de couronnes (environ 2,3 millions d’euros).