La mémoire de Jan Palach s’institutionnalise au sein de deux projets. Le premier est virtuel et le second doit voir le jour dans la maison où il est né

15-01-2012

Jan Palach s’était immolé par le feu en 1969 afin de protester contre l’occupation soviétique en tchécoslovaquie et en vue de pousser la société tchèque à réagir contre la présence militaire. C’est l’importance de son sacrifice qui est au coeur de deux projets d‘exposition qui sont en cours de préparation. Le premier doit voir le jour ce lundi 16 janvier, jour de son immolation, sous la forme d’un site internet accessible à l’adresse suivante: www.janpalach.cz. Les initiateurs proposent de visionner une dizaine de photographies du jeune homme, des enregistrements des réactions prononcées à la suite de son geste et enfin des documents relatant l‘histoire de ses successeurs. Le second projet est l’oeuvre de l’association „la nation s’est éteinte“ (NÁROD POHASL) qui s’est engagé à acheter la demeure ou il est né en vue d’y ouvrir un musée dédié à sa mémoire. Les visiteurs pourront ainsi visiter une reconstitution de la chambre de l’étudiant et visionner dans les autres pièces de la maison des documents audiovisuels présentant l’atmosphère d’apathie, de peur et "d‘étroitesse" qui caractérisait la fin des années 1960 et le début de la normalisation.