La République tchèque conteste la condamnation de Ioulia Timochenko

11-10-2011

La République tchèque s’oppose à la peine infligée, ce mardi, par le tribunal de Kiev à Ioulia Timochenko. L’ex-Premier ministre ukrainien a été condamnée à sept ans de prison et à 150 millions d’euros d’amende. Les enquêteurs accusent la chef de l’opposition ukrainienne d’avoir outrepassé ses fonctions, en janvier 2009, en signant des accords gaziers avec la Russie jugés très défavorables aux intérêts nationaux. « C’est très grave. Nous avons sévèrement condamné ce jugement », a déclaré le chef de la diplomatie tchèque Karel Schwarzenberg à Luxembourg, à l’issue d’une rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’UE. Selon lui, la condamnation de Timochenko risque d’envenimer les relations entre l’UE et l’Ukraine. Dans un communiqué, la diplomatie tchèque indique que l’Ukraine s’éloigne des standards européens. L’ancien président tchèque Václav Havel espère, selon son porte-parole, que les tribunaux d’instance supérieure se pencheront sur une éventuelle motivation politique de ce jugement.