La République tchèque demande à la CE un délai plus long pour répondre à l’audit concernant Andrej Babiš

25-07-2019

La République tchèque a officiellement demandé à la Commission européenne un délai plus long pour répondre au rapport préliminaire de l’audit concernant le potentiel conflit d’intérêts du Premier ministre Andrej Babiš en lien avec l’obtention de subventions européennes. Selon cet audit, ce dernier userait de sa position pour favoriser les affaires de son ancienne société, Agrofert, que, de facto, il contrôlerait toujours.

Bruxelles avait fixé un délai de trente jours de droit de réponse suite à la réception de la version tchèque du rapport préliminaire, reçu par le ministère du Développement régional début juillet, soit jusqu’au 5 août. Le ministère avait déjà reçu la version en anglais en mai dernier.