La République tchèque veut participer à la force de réaction rapide de l’OTAN

05-09-2014 mis à jour

Plusieurs pays de l’OTAN envisagent la création d’une force de réaction rapide destinée à protéger un Etat membre dont la sécurité serait menacée. A l’origine, le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et les trois pays baltes se sont lancés dans cette initiative. Ce vendredi, au sommet de l’OTAN à Newport au Royaume-Uni, le président Miloš Zeman a offert la participation de 150 Tchèques, membres de la formation d’action spéciale. Le ministre de la Défense, Martin Stropnický envisage également l’implication des experts tchèques de l’unité anti-chimique.