La statue d'Edvard Benes provoque également des réactions à Budapest

18-05-2005

L'inauguration lundi à Prague d'une statue de l'ancien président tchécoslovaque Edvard Benes a non seulement ravivé les tensions entre Tchèques et Allemands, malgré l'apaisement souhaité par le chancelier Schröder, mais cette statue a également provoqué des réactions en Hongrie.

Le porte-parole du gouvernement magyar a en effet déclaré que cette inauguration avait « légitimement blessé les sentiments des Hongrois, alors que la République tchèque n'a toujours pas désavoué le principe de la punition collective » qui a frappé les Hongrois de Tchécoslovaquie à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Rappelons qu'Edvard Benes avait signé en 1945 et 1946 une série de décrets contre les minorités allemande et hongroise de Tchécoslovaquie, accusées d'avoir soutenu les nazis. Quelque 2, 5 millions de personnes, dont plusieurs dizaines de milliers de Hongrois, ont été expulsées de Tchécoslovaquie et dépouillées de leurs propriétés en vertu de ces décrets.