Le bruit nuit à la qualité du sommeil d’un grand nombre de citadins tchèques

17-02-2019

La très grande majorité des Tchèques vivant dans les grandes villes sont exposés à des niveaux de nuisances sonores potentiellement nocifs pour la santé. A Prague et à Brno, notamment, quelque 1,12 million et 350 000 personnes habitent dans des endroits où le niveau de bruit dépasse 55 décibels durant la journée et 40 décibels la nuit, soit la limite au-delà desquelles l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère qu’un individu peut subir de légers effets sur la santé, tels que troubles du sommeil et insomnie. Par ailleurs, toujours selon l’OMS, une exposition de longue durée à des niveaux moyens excédant 55 décibels, ce qui équivaut au bruit d’une rue fréquentée, peut se traduire par de l’hypertension artérielle et provoquer des crises cardiaques.

Selon les cartes de bruit stratégiques du ministère de la Santé, neuf Pragois sur dix dorment dans un environnement où le niveau moyen dépasse 40 décibels et 10 % là où le niveau est même supérieur à 60 décibels. Le constat est à peu près équivalent pour les habitants des principales grandes villes tchèques – Brno, Ostrava, Plzeň, Olomouc ou encore Ústí nad Labem et Teplice.