Le ministre de la Défense à propos de l’achat des véhicules Pandur : une affaire teintée de corruption

22-02-2010

Le chef des armées Martin Barták a informé le cabinet Jan Fischer des circonstances autour de l’achat de 107 véhicules blindées Pandur à la firme autrichienne Steyr. Un soupçon de corruption pèse sur la commande d’une valeur de 14,4 millions de couronnes. Devant les journalistes, le ministre Barták s’est défendu face aux accusations publiées samedi par le quotidien Mladá fronta Dnes (MfD), en déclarant n’avoir jamais négocié avec les deux ex-managers de Steyr qui, en rapport avec cette transaction, avaient indiqué au journal qu’une commission de 3% du montant de la commande était offerte par eux aux interlocuteurs tchèques lors des négociations sur ce contrat, dans les années 2005 – 2006. Toujours selon les ex-managers autrichiens, plusieurs hommes politiques tchèques auraient été impliqués dans cette affaire douteuse. La police a lancé une enquête suite aux révélations du quotidien qui apportent d’autres éléments tendant à prouver l’existence de transactions secrètes en échange du contrat.