Le mouvement ANO, dont le ministre de la Justice, s’oppose au projet d’un Centre national contre le crime organisé

09-06-2016

Le projet de la création d’un Centre national contre le crime organisé, regroupant des unités de lutte contre le crime organisé, le terrorisme, la cybercriminalité, la criminalité économique et la corruption, suscite des critiques au sein de la coalition. Selon le mouvement ANO, dont principalement le ministre de la Justice, Robert Pelikán, une telle réorganisation de la police pourrait avoir des conséquences négatives pour des enquêtes en cours, ainsi que pour le chef de l’Unité de lutte contre le crime organisé (ÚOOZ), Robert Šlachta. Une telle affirmation a été rejetée par le président de la police, Tomáš Tuhý, Robert Šlachta, pour sa part, se dit d’être « inquiet par ce plan ». Le ministre de la Justice, lui aussi, estime que ce projet vise à « punir l’ÚOOZ pour être réellement indépendant » et dit d’envisager sa démission en cas de l’adoption de cette proposition.