Le président autrichien, Heinz Fischer qualifie les décrets Beneš de "profondément injustes"

04-03-2010

Le président de la République autrichienne Heinz Fischer a déclaré à l’agence de presse autrichienne (APA) qu’il considère les décrets Beneš, qui ont permis l’expulsion après la deuxième guerre mondiale de millions d’Allemands installés dans les régions frontalières, comme « profondément injustes », et que les autres membres de l’UE ne devraient pas les rendre légaux. En effet, la condition exigée par le président de la République tchèque Václav Klaus pour signer le Traité de Lisbonne et en permettre ainsi son application dans l’Union européenne était que la Charte des droits fondamentaux ne fasse pas, pour la République tchèque, force de loi et ne puisse pas revenir sur ces fameux décrets, sources de nombreuses discordes notamment avec l’Allemagne et l’Autriche. Selon APA, Jan Fischer aurait écrit dans ses vœux à la principale association d’Allemands des Sudètes que la Charte des droits fondamentaux « n’a en réalité aucune influence sur ces Décrets».