« Les autres pays peuvent concourir à la réussite du processus de paix au Proche-Orient », selon le chef de la diplomatie tchèque à Paris

04-06-2016

Le ministre tchèque des Affaires étrangères a participé à la conférence internationale pour tenter de relancer le processus de paix israélo-palestinien qui s’est tenue à Paris vendredi. Dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, Lubomír Zaorálek a insisté sur le fait que, comme l’Union européenne, la République tchèque elle aussi était favorable à une solution juste et équitable pour les deux parties du conflit. Selon le chef de la diplomatie tchèque, l’objectif des négociations est de parvenir à faire en sorte qu’Israël et un Etat palestinien indépendant puissent exister l’un à côté de l’autre dans la paix et la sécurité tout en se reconnaissant mutuellement. « La paix au Proche-Orient est d’abord dans les mains des Israéliens et des Palestiniens. Mais les autres pays peuvent les aider », a-t-il déclaré, tout en faisant part de son désir de voir certaines prochaines négociations organisées à Prague. La République tchèque était conviée à cette conférence à Paris en raison des relations privilégiées qu’elle entretient avec Israël et du dialogue intense qu’elle mène avec la partie palestinienne.