Les communistes soutiennent la tenue de référendums d'initiative populaire

03-03-2014

Après le mouvement de Tomio Okamura, l'Aube de la démocratie directe, les communistes ont également déposer une proposition de loi constitutionnelle à la Chambre des députés pour autoriser la tenue de référendums d'initiative populaire. Un tel référendum pourrait permettre aux citoyens tchèques de décider sur des questions de politiques intérieures et de politique étrangère avec certaines exceptions, notamment en ce qui concerne les droits et libertés fondamentaux, l'organisation démocratique de la société, les impôts et le budget de l'Etat ou encore le système judiciaire. Le vote serait organisé sur demande du chef d'Etat si une proposition de référendum réunit les signatures de 101 députés, de 41 sénateurs ou de plus de 100 000 citoyens. Le gouvernement doit se pencher mercredi sur le texte soumis par les communistes. La semaine passée, il a fait part de son opposition au projet de loi de référendum sans condition de l'Aube de la démocratie directe. Le ministre en charge des droits de l'homme, Jiří Dienstbier, a estimé la proposition irrecevable voire dangereuse.