Les quotas et la répartition des réfugiés ne sont pas une solution, pour le Premier ministre tchèque

27-05-2015

Suite à l’annonce de la Commission européenne, le Premier ministre Bohuslav Sobotka a répété que la République tchèque, comme de nombreux autres pays, était opposée au principe des quotas de réfugiés. Le chef du gouvernement estime que le plan de Bruxelles ne constitue pas une solution à la crise migratoire. C’est pourquoi la République tchèque, qui entend décider souverainement de la manière dont elle aidera les réfugiés et non sur la base de mécanismes définis par l’UE, va faire en sorte que le projet de la Commission ne soit appliqué. Par ailleurs, toujours selon Bohuslav Sobotka, la République tchèque n’est pas un pays dans lesquels les réfugiés en provenance d’Afrique et du Proche-Orient souhaitent vivre et s’installer sur le long terme. La majorité des responsables politiques tchèques sont opposés à ces quotas imposés. Lundi, le gouvernement a officiellement réaffirmé son opposition à la proposition européenne.