Les syndicats tchèques veulent que le prochain gouvernement abolisse certaines réformes

16-09-2013

Les représentants de syndicats tchèques, à l'occasion d'une conférence de presse organisée ce lundi, ont déclaré qu'ils souhaitaient que le gouvernement issu des prochaines élections législatives des 25 et 26 octobre prochains abolisse certaines des réformes menéees par l'ancien cabinet de droite de Petr Nečas. Est notamment visée la réforme du système des retraites qui a ajouté un second pilier au système par répartition existant, un second pilier introduisant un mécanisme par capitalisation qui a jusqu'alors eu très peu de succès auprès des Tchèques. Les sociaux-démocrates, que les sondages donnent gagnant au prochain scrutin, ont déjà annoncé qu'ils envisageaient de revenir sur ce second pilier des retraites. Les syndicats souhaitent également une hausse du salaire minimum, actuellement l'un des plus bas en Europe, la construction de 50 000 logements et la mise en place d'un système de logement social, chose qui fait actuellement complètement défaut en République tchèque.