Les Verts veulent réfléchir à une possibilité pour destituer le président Klaus.

09-10-2009

Le président du parti des verts, Ondrej Liska, a manifesté son mécontentement après la déclaration du président Klaus sur le Traité de Lisbonne. Selon Liska, le président tchèque aurait transgressé les limites que lui impose la constitution et rejeté le système démocratique et le processus démocratique dans son ensemble qui avait précédé la ratification du traité de Lisbonne dans les deux chambres du parlement tchèque. Ondrej Liska a par ailleurs souligné le fait que le gouvernement précédent n'avait pas estimé utile d'obtenir les mêmes conditions que la Pologne et la Grande-Bretagne. Selon Liska, la République tchèque aurait moins de droits que les autres pays de l'UE si elle devrait renoncer à la Charte des droits fondamentaux. Il appelle ainsi à s'opposer au président Klaus. L’ancien ministre de l’Education réfléchit à une façon de destituer le président tchèque. Il reconnait n’est pas possible actuellement de déposer une plainte pour trahison, mais estime que le président pourrait être destitué pour incapacité à remplir les fonctions présidentielles.