Lisbonne : Klaus impose une nouvelle condition

09-10-2009

Lors d’une déclaration à la télévision tchèque vendredi 9 octobre en milieu d'après-midi, le président Klaus a précisé la nature de sa requête avant de signer le Traité de Lisbonne. La veille, le Premier ministre suédois, actuellement président de l’UE, avait déclaré que Klaus lui avait demandé à ce qu’une note de bas de page de deux lignes soit ajoutée en lien avec la charte des droits fondamentaux. Après sa rencontre avec le président du parlement européen Jerzy Buzek vendredi matin, le président tchèque a donc déclaré qu’il veut obtenir le même régime d’exception que la Pologne et la Grande-Bretagne, pour que la Charte des droits fondamentaux du Traité n’ait pas force de loi en République tchèque. Il pense que cette dernière peut remettre en cause les décrets Beneš; le Traité de Lisbonne, selon lui, peut conduire à une situation dans laquelle les garanties juridiques et la stabilité de la propriété seraient menacées.