L'Office suprême de contrôle demande une extension de son champ d'action

17-08-2015

L’Office suprême de contrôle (NKÚ), l'équivalent tchèque de la Cour des comptes, se plaint de ne pas avoir été en mesure d'inspecter le chantier de prolongation du métro pragois, l'un des plus onéreux de ces dernières années. La loi limite en effet le champ d'action de l'institution. Un amendement en préparation, demandée par elle, devrait à l'avenir changer la donne. Le nouveau tronçon de la ligne A du métro pragois a été mis en service en avril dernier. Sa construction devait coûter 22,6 milliards de couronnes à l'Etat (840 millions d'euros). Jana Gabrielová, du NKÚ, explique que cette prévision a été dépassée de 20% pour finalement atteindre la somme de 27,1 milliards de couronnes (un milliard d'euros).