Négociations post-électorales : les partis politiques se rejettent la faute

16-07-2006

Six semaines après la tenue des élections législatives, les cinq partis politiques ayant accédé à la Chambre des députés ne sont toujours pas parvenues à s'entendre pour la formation d'une nouvelle coalition gouvernementale. Dimanche midi, lors d'un débat télévisé, les dirigeants des deux princiaples formations se sont rejeté la responsabilité du surplace actuel. Le vice-président de la social-démocratie, Zdenek Skromach, a répété qu'il considérait que le projet d'une coalition tripartite composée du Parti civique démocrate vainqueur des élections, des Verts et des chrétiens-démocrates n'avait pas de perspective d'avenir. Zdenek Skromach a rappelé que cette ces trois partis réunis ne disposaient que de la moitié des 200 mandats à la Chambre basse du Parlement dont ils doivent obtenir la confiance pour gouverner. De son côté, le vice-président du Parti civique démocrate, Petr Necas, a déclaré que la social-démocratie ne devrait pas empêcher l'élection du nouveau président de la Chambre des députés, élection sans laquelle la coalition ne peut pas demander la confiance du Parlement.