Présidentielle : Karel Schwarzenberg se défend des attaques dont il est l'objet

19-01-2013

Karel Schwarzenberg s'est défendu de la critique du président Václav Klaus à propos des décrets Beneš. Il a rappelé qu'il n'avait pas remis en cause la situation d'après-guerre en Tchécoslovaquie et a insisté sur le fait qu'aucun patrimoine n'était menacé en République tchèque. "Je conseille au président Václav Klaus de lire attentivement la teneur réelle de mes propos et qu'il ne parle pas de choses que je n'ai pas dites," a tenu à préciser Karel Schwarzenberg. "Après les crimes du nazisme, les gens voyaient les choses d'une manière différente que nous aujourd'hui. Le tribunal de La Haye a été conçu pour punir les crimes en ex-Yougoslavie, similaires à ceux qui ont été commis chez nous à l'époque."