Réactions des dirigeants tchèques

08-10-2001

La riposte de la coalition américaine et britannique a été appuyée, aussi, par le Premier ministre, Milos Zeman, et le président de la Chambre des députés, Vaclav Klaus. Selon ce dernier, bien que le recours à la force soit toujours une chose bien triste, il est évident que dans la situation actuelle la force était tout à fait nécessaire. Vaclav Klaus a manifesté la conviction que l'offensive des Etats-Unis accomplira les objectifs escomptés et aboutira à un succès. Selon le chef du Sénat tchèque, Petr Pithart, il est bien que les Etats-Unis aient procédé à la riposte après une préparation de 26 jours, en tenant compte du contexte diplomatique mondial. C'est ce contexte, selon Petr Pithart, qui pourraient être la base du succès de l'opération. Le ministre tchèque de l'Intérieur, Stanislav Gross, a indiqué que le début des opérations en Afghanistan ne sera pas suivi, en République tchèque, d'un élargissement des mesures de sécurité. Le ministre a constaté à l'issue d'une rencontre avec le ministre de la Défense, Jaroslav Tvrdik et le ministre des AE, Jan Kavan, que les mesures adoptées, jusqu'à présent, étaient suffisantes. D'après le ministre Jaroslav Tvrdik la République tchèque n'est pas en état de guerre et elle ne le sera pas même si elle participe aux opérations en Afghanistan. Nous vous tiendront au courant d'autres réactions que cette opération provoquera en République tchèque.