Réactions des représentants politiques tchèques

04-03-2010

Le président de la République, Václav Klaus, qui se trouve aux Etats-Unis, a réagi à ces déclarations de son homologue autrichien Heinz Fischer par une déclaration de presse dans laquelle il déplore le fait que "ces thèmes historiques douloureux soient utilisés" dans une campagne électorale. Le chef de la diplomatie tchèque Jan Kohout a indiqué que pour la Tchéquie, la question des Décrets Beneš était une question close, notamment depuis l'entrée du pays dans l'Union européenne. Jiří Paroubek, chef du Parti social-démocrate, refuse la mise en doute des Décrets, "tant au niveau national qu'au niveau international".