Rencontre à Vienne entre le chancelier autrichien et le Premier ministre tchèque

14-07-2005

Le chancelier autrichien Wolfgang Schüssel a bien accueilli le projet du chef de gouvernement tchèque visant à faire un « geste de réconciliation » envers les Allemands des Sudètes « antifascistes ». Jiri Paroubek avait annoncé en effet vouloir faire un geste envers ceux d'entre eux qui étaient opposés au régime nazi. Pour Wolfgang Schüssel, qui s'est exprimé après la rencontre entre les deux hommes ce jeudi à Vienne, il est important de ne pas appliquer le principe de la responsabilité collective à l'ensemble de la minorité allemande, minorité expulsée du territoir tchécoslovaque après la guerre. Le Premier ministre tchèque n'a pas précisé de quelle nature serait ce geste de réconcilitaion, mais son idée s'est déjà heurtée au refus de son homologue slovaque Mikulas Dzurinda et d'une association d'Allemands des sudètes.

Toujours à propos des relations entre Vienne et Prague, c'est ce jeudi que la République tchèque a pris le commandement du bataillon tchéco-autrichien basé à Tuzla en Bosnie-Herzégovine. 60 soldats tchèques font partie de cette unité de l'EUFOR avec des soldats autrichiens, qui assuraient le commandement jusqu'à maintenant.