Schengen, « une erreur » pour le président Klaus

13-04-2011

L’Union européenne n’aurait pas dû instaurer l’espace Schengen avant de penser à résoudre les problèmes qu’il peut engendrer sur le long terme. C’est en substance ce qu’a déclaré le président de la République, Václav Klaus, ce mercredi, à l’issue de sa rencontre avec son homologue italien, Giorgio Napolitano en visite à Prague. Selon le chef de l’Etat tchèque, l’ouverture des frontières et la liberté de circulation des personnes au sein de l’Union européenne empêchent notamment de trouver une solution à la vague d’immigration en provenance d’Afrique du Nord. De son côté, le président italien a souligné que les arrivées massives de réfugiés essentiellement tunisiens dans son pays devenaient un problème urgent. Selon Giorgio Napolitano, c’est l’ensemble de l’UE qui devrait s’efforcer de trouver une solution. Václav Klaus a indiqué qu’il n’enviait pas la solution de l’Italie. « Il n’est pas possible de se rendre de Libye en République tchèque par bateau, c’est donc un problème que, heureusement, nous ne ressentons pas pour l’instant directement », a-t-il affirmé.