Selon le directeur de l’Unité contre le crime organisé (ÚOOZ), la perquisition au gouvernement était proportionnée

23-06-2013

Le chef de l’Unité contre le crime organisé (ÚOOZ), Robert Šlachta, s’est exprimé lors d’un entretien télévisé ce dimanche, sur la perquisition qui a eu lieu au gouvernement dans la nuit du mercredi 12 juin. Il a nié les allégations du Premier ministre démissionaire, Petr Nečas, lequel avait déclaré que les policiers portaient des cagoules et qu’ils avaient enfoncé la porte. Toutefois, il a laissé sans commentaires les questions relatives aux influents hommes d’affaires et lobbyiste Roman Janoušek et Ivo Rittig, dont les bureaux avaient été également perquisitionné, en relation avec l’affaire ayant poussé le Premier ministre à démissioner. L’exécution du coup de filet au sein du gouvernement le 12 juin a été critiqué également ce dimanche par le ministre de la Justice, Pavel Blažek, qui veut procéder à une vérification de l‘action policière. Le chef de l’ÚOOZ, Robert Šlachta, s’est toutefois laissé entendre dire, que les policiers n’avaient scellé que certains bureaux, qu’ils ont fouillé le lendemain matin. Il se dit également prêt à défendre son action.