Selon Pavel Richetský, président de la Cour constitutionnel, le chef de l'Etat n’a pas agi anticonstitutionnellement

02-08-2013

Selon Pavel Richetský, président de la Cour constitutionnelle, Miloš Zeman n’a pas transgressé le cadre constitutionnel. Pour lui, les critiques des actions du président découlent surtout d’une confrontation d’opinions politiques. Il a néanmoins noté que la modification constitutionnelle instaurant l’élection du président au suffrage universel direct ne résultait pas d’un débat académique et manquait de profondeur. Rychetský collabore avec le chef de l’Etat quant au choix des candidats aux postes vacants à la Cour constitutionnelle. Il ne craint pas la perte d’indépendance de cette institution, au contraire, il se félicite de ce système de sélection qui serait plus transparent et plus concret par rapport au prédécesseur de Zeman, Václav Klaus. Pavel Rychletský sera nommé à la Cour pour un second mandat de dix ans la semaine prochaine. La longueur de son engagement actif va dépendre de son état de santé, comme a déclaré le président de la Cour pour l’agence de presse ČTK.