Topolanek : la République tchèque se retrouverait « à la périphérie de l’UE » si elle ne ratifiait pas le traité de Lisbonne

03-05-2009

Invité dimanche sur le plateau de la télévision publique, le premier ministre démissionnaire Mirek Topolanek a estimé que son pays se retrouverait « à la périphérie de l’Union européenne » s’il ne ratifiait pas le traité de Lisbonne. Il a ajouté que sans ratification, Prague risquait de se retrouver à nouveau dans la sphère d'influence de Moscou. Les sénateurs devraient se prononcer mercredi sur ce traité qui doit réformer les institutions européennes. Le propre parti de Mirek Topolanek, l’ODS, est divisé sur la question. « Je recommande la ratification, a déclaré M. Topolanek et j’espère que cette question ne va pas diviser le groupe des sénateurs ODS ou l’ODS dans son ensemble ».