Le printemps des livres

19-03-2011

Difficile à dire pourquoi mars a été choisi comme le mois des lecteurs. Toujours est-il que, depuis de longues années, lecteurs, bibliothécaires, libraires, auteurs et traducteurs se mobilisent en République tchèque au mois de mars pour attirer l’attention du grand public sur les livres et pour défendre leur passion commune, «ce vice impuni, la lecture » comme disait Valéry Larbaud.

Roman Giebisch, photo: www.ikaros.czRoman Giebisch, photo: www.ikaros.cz Cette année, les activités du mois des lecteurs en Tchéquie sont cordonnées par l’Union des bibliothécaires et des travailleurs de l’information. Roman Giebisch, secrétaire de l’Union, présente ces activités organisées surtout par des bibliothèques publiques :

« Cette année, c’est la deuxième édition de la campagne « Mars, mois des lecteurs », mais l’année dernière c’était une édition préparatoire. C’était un essai. Nous voulions savoir si les bibliothèques allaient se joindre à cette campagne et nous avons été très surpris parce que, dès l’année dernière, 400 bibliothèques ont participé. Les bibliothèques ont manifesté un grand intérêt pour l’organisation des lectures, des débats publics et des semaines de lecture. »

La liste des bibliothèques qui se sont jointes à la campagne « Mars, mois des lecteurs » est disponible sur le site Internet de l’Union des bibliothécaires. Les activités du mois des lecteurs sont réparties en cinq chapitres que les organisateurs ont intitulés : Marathon de lectures, Le Lecteur de l’année, Enquête, Semaine de lectures et Nouveaux services de bibliothèques. Roman Giebisch signale que dans le cadre du Marathon de lectures, 150 000 couronnes seront reparties parmi les bibliothèques qui organisent des lectures publiques mais aussi des rencontres et des discussions avec des auteurs :

« Nous avons décidé avec notre partenaire de soutenir financièrement les lectures publiques des auteurs invités dans les bibliothèques, des débats avec des traducteurs et avec des personnalités intéressantes dans les régions. Nous avons proposé aux bibliothèques des sommes financières intéressantes pour organiser le marathon en deux tours. Au premier tour les bibliothèques ont pu choisir et inviter un auteur qu’elles jugent intéressant. (…) Et dans le second nous soutiendrons les auteurs nominés pour le prix Magnesia litera de cette année. »

Dès que les nominations pour Magnesia litera, prix littéraire le plus important du pays, ont été rendues publiques, l’Union a lancé le projet de subventions pour le second tour du Marathon de la lecture et toute une série de bibliothèques ont invité les auteurs nominés qui participent ces jours-ci à des séances de lecture.

En même temps est organisée une enquête dans laquelle les lecteurs sont interrogés sur leurs préférences littéraires, mais les enquêteurs leur demandent aussi pourquoi ils fréquentent ou désertent les bibliothèques et quels services ils aimeraient y trouver. Roman Giebisch constate que ces enquêtes sont organisées surtout sous forme électronique sur Internet car c’est plus pratique pour l’évaluation des résultats :

« Nous collaborons beaucoup avec les écoles. Des élèves viennent souvent pour participer à des débats, des étudiants nous rendent souvent visite. Je dirais que parfois ils ne veulent pas vraiment, mais ils sont obligés. Les élèves des écoles des premier et second degrés sont cependant de très bons collaborateurs parce qu’ils ne sont pas gênés comme les bibliothécaires quand il faut sortir dans la rue. »

Les étudiants ont moins de scrupules quand il faut poser des questions aux gens ou leur distribuer des tracts. C’est de cette manière que l’Union des bibliothécaires réussit à réunir beaucoup d’informations de la part des personnes qui aiment la lecture mais ne fréquentent pas les bibliothèques.

Dans le cadre du mois des lecteurs chaque région de République tchèque aura aussi l’occasion de choisir son lecteur de l’année. Ces lecteurs recevront des bons d’achat pour livres. Et vers la fin de 2011, un d’eux recevra dans la Bibliothèque nationale le Prix du lecteur de l’année. Le prix lui sera remis par le directeur de la Bibliothèque nationale et il sera invité à assister à la cérémonie de remise des prix Magnesia Litera au Théâtre des Etats à Prague.

 

Un des chapitres importants de ces activités est la Semaine de lectures. Dans son cadre les gens peuvent lire à haute voix les uns aux autres, organiser des concours de lectures, essayer les livres électroniques. Roman Giebisch les invite à sortir des sentiers battus, à chercher des endroits originaux et insolites, à surprendre et même à choquer le public en lisant par exemple sur un toit, sur les branches d’un arbre ou à minuit sur une place publique :

« C’est une grande manifestation qui se répète depuis plusieurs années et que nous avons inclus dans les activités du mois de mars. Au cours de cette manifestation nous nous intéressons surtout aux oeuvres et aux auteurs dont les anniversaires tombent cette année. En 2010 c’était donc le bicentenaire de la naissance du poète Karel Hynek Mácha et cette année c’est le bicentenaire du poète Karel Jaromír Erben. Beaucoup de bibliothèques et notamment leurs départements pour enfants fêteront le centenaire de la naissance de l’écrivain Václav Čtvrtek. »

Tandis que Karel Hynek Mácha et Karel Jaromír Erben font partie de la génération des fondateurs de la première moitié du XIXe siècle, génération qui a ressuscité la littérature tchèque menacée d’oubli et de disparition, Václav Čtvrtek est donc presque notre contemporain. Cet auteur a écrit surtout pour les enfants et les petits lecteurs l’aiment beaucoup. On le considère comme l’héritier de Josef Lada, de Ondřej Sekora et de Jan Drda, auteurs qui ont consacré le meilleur de leur talent à la création pour enfants. Les lecteurs les plus jeunes adorent toujours les contes que Václav Čtvrtek a situés dans la région de la ville de Jičín, paysage de son enfance. Les personnages de ses contes, le bon brigand Rumcajs, la Poupée de pavot ou la petite fée Amalie, ne perdent pas leur popularité et sont toujours aimés par de nouvelles générations de petits lecteurs et aussi par de petits téléspectateurs car toute une série de livres de Václav Čtvrtek a été portée au petit écran. Au cours de la Semaine de lecture les jeunes amateurs des séries télévisées basées sur les oeuvres de Václav Čtvrtek seront donc invités à revenir aux sources et à connaître aussi les livres qui sont la base de popularité de cet auteur.

19-03-2011