La signature des Accords de Munich – une date à rappeler

27-09-2018

Cette nouvelle revue de presse rappelle d’abord certaines des leçons à tirer de la signature des Accords de Munich en 1938. Elle se penche ensuite sur la pénurie de main-d’œuvre en Tchéquie à la lumière du refus d’accueillir des migrants ou encore la récente rencontre entre le président Miloš Zeman et Steve Bannon, ancien conseiller du présient américain Donald Trump. Et puis la dépendance des femmes à l’alccol et le projet de paysage dit intelligent sont deux autres sujets traités.

Photo: Štěpánka BudkováPhoto: Štěpánka Budková Parmi les grandes dates de l’histoire tchèque se terminant avec le chiffre 8 figure celle de la signature des Accords de Munich, le 30 septembre 1938. D’après l’auteur d’un commentaire mis en ligne sur le site novinky.cz, cet événement qui a déterminé le destin de la Tchécoslovaquie pour des dizaines d’années, peut servir de source de leçons aujourd’hui encore :

« La signature de ces Accords a montré que, souvent, la politique d’appeasement dans les relations internationales n’était pas à même d’apporter les résultats espérés et d’arrêter l’agresseur. Elle a également confirmé qu’un accord en lui-même n’apportait pas nécessairement des garanties suffisantes. De même, ‘Munich’ nous enseigne que nous ne devons pas surestimer l’importance de notre pays, ce qui est l’erreur qu’a comise la Première République tchécoslovaque en croyant qu’elle était si intéressante que l’Occident ne la laisserrait pas tomber. »

Ainsi, même si le rappel du 80e anniversaire des Accords de Munich n’est pas facile, il est très instructif. Toujours selon le même auteur, cet anniversaire offre une nouvelle occasion d’insister sur l’importance de l’appartenance de la Tchéquie à l’Union européenne et à l’OTAN, au moment où des voix selon lesquelles le pays se porterait mieux en dehors de ces structures, se font entendre de plus en plus fort.

Les conséquences économiques de la peur des migrants

Photo illustrative: SOMMAI / FreeDigitalPhotos,netPhoto illustrative: SOMMAI / FreeDigitalPhotos,net En matière d’emploi, le nombre de postes actuellement vacants en République tchèque place celle-ci tout en haut de l’échelle européenne. Cette situation sur le marché du travail a des répercussions négatives sur l’économie locale, et ce malgré sa forte croissance ces dix dernières années. Faute de main-d’œuvre, cette évolution tend néànmoins à évoluer. L’hebdomadaire Ekonom écrit à ce sujet :

« La situation profite aux syndicats et à leurs revendications salariales. Mais dans la vie pratique, elle se traduit par un refus de commandes de nombre d’entreprises, par une concurrence malsaine entre celles-ci pour l’embauche ou encore par une importation clandestine d’employés étrangers par des agences. Le marché du travail doit être régulé autrement et plus raisonnablement. La peur de la migation confond les réfugiés de guerre, les migrants économiques et les simples ‘gastarbeiter’ qui, à l’époque de la conjoncture, ont toujours aidé l’économie tchèque. »

Les employeurs estiment à 300 000 le nombre de travailleurs manquant actuellement, ce qui signifie la perte de dizaines de milliards de couronnes entre autres en impôts et prélèvements obligatoires. En outre, la situation encourage l’instabileté macroéconomique à laquelle la Banque nationale doit chercher une réponse. A la place des politiques qui n’arrivent pas à gérer une migration de travail bien contrôlée, c’est donc à l’institution bancaire qu’incombe la mission de trouver tant bien que mal un équilibre. Une solution qui, d’après l’hebdomadaire Ekonom, n’est pas très favorable.

Miloš Zeman – Steve Bannon

Steve Bannon, photo: Massimo Percossi/AP/ČTKSteve Bannon, photo: Massimo Percossi/AP/ČTK Dimanche dernier, le président de la République, Miloš Zeman, a reçu, dans sa résidence estivale de Lány, Steve Bannon, un ancien conseiller de Donald Trump considéré comme le principal idéologue du populisme américain. D’après ce que Zeman a déclaré à l’issue de cette rencontre, celle-ci « s’est terminée dans un climat froid », en raison des regards différents que portent les deux hommes sur les taxes douanières appliquées à l’égard de la Chine. Un texte publié sur le site de l’hebdomadaire Respekt remarque que cette rencontre n’a pas été préparée officiellement et qu’elle n’a pas été annoncée préalablement par la chancellerie présidentielle. L’auteur précise également :

« Depuis un certain temps déjà, Bannon voyage à travers l’Europe afin de rencontrer des responsables politiques populistes, xénophobes et extrémistes, que ceux-ci soient néerlandais, français, italiens ou polonais. Un des buts de son initiative est d’unir ces forces à l’approche des élections au Parlement européen, de provoquer une ‘révolution ultra-droite’ et de transformer la situation politique en Europe. »

D’après les sources auxquelles Respekt se réfère, la rencontre avec Bannon réduit encore davantage les chances – déjà minimes - de Miloš Zeman d’être reçu prochainement à la Maison-Blanche. Le texte publié sur le site du magazine remarque également qu’il s’agissait de la deuxième visite de Steve Bannon en République tchèque ces derniers mois. Avant les vacances d’été, il a séjourné à Prague à l’invitation de l’Ecole supérieure privée CEVRO Institut et du Czechoslovak Group, un producteur d’armes, séjour dont il a profité pour visiter certaines entreprises stratégiques tchèques. Le quotidien Lidové noviny évoque pour sa part une rencontre de Steve Bannon, toujours à Prague, avec l’ex-président de la République, Václav Klaus.

L’alcoolisme chez les femmes

Photo illustrative: Concord90 / Pixabay, CC0Photo illustrative: Concord90 / Pixabay, CC0 La dépression et le déménagement dans des villages satellites des grandes villes : telles sont les deux causes principales de la dépendance des femmes à l’alcool. Chef de la Clinique d’adictologie de Prague qui accueille chaque année près de 120 femmes qui veulent suivre un traitement, Michal Miovský s’est confié à ce sujet au quotidien Lidové noviny :

« En Tchéquie, une grande partie des alcooliques, hommes et femmes confondus, ne suivent aucun traitement. D’après les évaluations, leur nombre est supérieur à un million. Le fait que les personnes dépendantes suivent finalement un traitement est le fruit de jeux de circonstances variées. Le problème concernant les femmes, c’est que dans de nombreux cas, elles ne réalisent pas qu’elles souffrent de longues dépressions. Dans leurs cas, l’alcool apparaît comme un remède évident et rapide. »

La consommation d’alcool par les femmes enceintes reste un autre problème sous-estimé sur lequel l’adictologue entend se pencher sérieusement. Michal Miovsky souligne en outre l’importance des études cherchant à déterminer si l’alcoolisme est héréditaire.

Les « paysages intelligents » face à la sécheresse

Photo: Štěpánka BudkováPhoto: Štěpánka Budková Près de 80 % du territoire tchèque ne permet pas de faire front aux sécheresses qui sévissent de plus en plus régulièrement et aux inondations causées par des pluies torrentielles qui, elles aussi, s’abattent de plus en plus souvent sur le pays. C’est pourquoi l’Universite d’agriculture tchèque a décidé de miser sur le concept de paysages dits intelligents dans le cadre duquel elle envisage de mettre sur pied plusieurs projets-pilotes. Le quotidien Mladá fronta Dnes précise à ce sujet :

« Il s’agit en premier lieu d’adapter le paysage aux changements climatiques, ce qui sous-entend diverses démarches dans les domaines politique, législatif, éducatif et de la recherche. Les projets existants ne se penchent que sur des problèmes actuels. Or, il convient de se baser sur le long terme. Les projets et les visions nécessaires doivent s’étendre jusq’en 2030 ou même 2050. Ils offriront ainsi des solutions qui seront encore efficaces dans la seconde moitié du XXIe siècle. »

Le concept de paysages intelligents s’appuie sur la création de vastes espaces de rétention et d’accumulation de l’eau, destinés notamment à retenir les importantes précipitations à l’endroit le plus proche possible de leur chute de façon à ce qu’elles puissent être ensuite redistribuées.

27-09-2018