Toute l’actualité à l’ombre du Brexit

24-06-2016

Cette nouvelle revue de presse propose d’abord plusieurs réactions immédiates aux résultats du référendum britannique sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Elle apporte aussi une information sur la découverte de journaux intimes de l’ex-président tchèque, Václav Havel, évoque certaines affaires qui ont secoué au cours des deux dernières décennies la scène politique locale et rappelle le départ des derniers soldats soviétiques du territoire tchécoslovaque, il y a 25 ans de cela. Quelques mots seront consacrés également à l’échec des footballeurs tchèques à l’Euro 2016.

Photo: ČTKPhoto: ČTK « L’Europe sous le choc. Les Britanniques ont dit oui au Brexit, l’Union européenne devra se passer d’eux, pendant que les marchés basculent. » « La Grande-Bretagne a décidé de partir et c’est l’ensemble de l’Europe qui en subira les conséquences. » « Choc, révolution, tremblement de terre. » Tels sont quelques-uns des titres qui sont apparus ce vendredi matin sur les principaux sites d’information tchèques, dès la publication des résultats du référendum concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Des sites qui ont également publié les réactions des représentants tchèques dont l’une des premières a été celle de Miroslav Kalousek, chef du parti de droite TOP 09, qui a écrit sur son compte Twitter: « Pendant que la livre tombe, Moscou jubile. Le coût de cette décision sera lourd et pas seulement d’ordre financier. Nous devons sauvegarder pour nos enfants une Europe commune, mais l’enjeu sera difficile. » Les premiers commentaires et analyses n’ont pas tardé non plus à apparaître. Dans celle mise en ligne sur le site novinky.cz, on peut lire :

« Les Britanniques ont décidé que le Royaume-Uni allait quitter l’UE. Le monde et l’Union européenne ne vont pas s’écrouler, il est vrai, mais cette décision aura tout de même un grand impact sur les deux. Les retombées d’ordre politique seront plus importantes que celles d’ordre économique, dont on a le plus parlé jusqu’alors. Le Royaume-Uni se verra très affaibli et on peut s’attendre à ce que d’autres pays suivent son exemple. »

L’auteur d’une note publiée sur le site ihned.cz considère que « les hommes politiques européens auront désormais pour tâche de convaincre leurs électeurs de la poursuite du projet européen ». Une analyse mise en ligne sur le site aktuálně.cz souligne que les temps tranquilles sont désormais finis avant de conclure :

« Il semble que tout ce qui va bien devient pour nous une évidence. Il ne s’agit pas seulement de la Grande-Bretagne. Chez nous, il existe beaucoup de râleurs qui invectivent Bruxelles. Et pourtant, nous n’avons jamais vécu aussi bien qu’ aujourd’hui. Jamais nous n’avions eu une telle certitude, une telle protection. Et pourtant, nous sommes mécontents et fâchés. Comme si l’on ne savait pas consommer le bonheur. »

Découverte d’un journal intime de Václav Havel

Václav Havel, photo: ČTVáclav Havel, photo: ČT L’édition de ce mardi du quotidien Lidové noviny a consacré une grande place à la découverte d’un journal inédit de l’ex-président tchèque, Václav Havel, qui décrit les cinq mois de sa détention, en 1977, dans la prison de Ruzyně à Prague. Une détention liée à sa signature apposée à la Charte 77, pétition de dissidents opposés au régime communiste. C’est par hasard que le journal a été découvert par le petit-fils de Zdeněk Urbánek, écrivain et traducteur décédé, ami intime de Havel. Le journal comporte des notes, des réflexions, de courtes remarques qui présente Havel comme un homme exigeant minutieusement le maintien d’un certain ordre des choses. David Dušek, l’homme qui a trouvé le journal jusqu’alors méconnu a décidé de publier ce document unique, en coopération avec la Bibliothèque portant le nom de Havel, en octobre prochain, à l’occasion du 80ème anniversaire de la naissance du dramaturge disparu. Il s’est confié au quotidien Lidové noviny, en disant entre autres :

« Après avoir lu le journal, j’ai compris qu’il s’agissait d’une époque très difficile et que Havel était un homme compliqué, incessamment tourmenté par des supplices moraux. Une partie de la société tchèque aime prétendre que c’était un hypocrite qui aurait affiché un visage différent de ce qu’il était vraiment. Les gens ne veulent tout simplement pas accepter que c’était un homme droit et honnête qui était lui-même le juge le plus sévère de ses actes. Il se fixait des buts tellement exigeants qu’il n’était pas parfois à même de les accomplir... J’ai pu également constater qu’il voulait tout le temps s’éduquer et qu’il doutait de soi. C’est une preuve de son grand intellect, car seul un faible d’esprit ne doute jamais de ce qu’il fait. »

Or, comme le souligne le quotidien Lidové noviny, en décidant de publier ce journal intime, David Dušek veut présenter Václav Havel au public comme un être vivant et non pas comme une statue de marbre.

Des affaires qui ont secoué la scène politique

Bohuslav Sobotka, photo: ČTKBohuslav Sobotka, photo: ČTK Les fortes tensions qui existent depuis près de deux semaines au sein de la coalition gouvernementale et qui ont été provoquées par le projet de réorganisation de la police ne constituent que l’une des nombreuses affaires qui ont secoué la scène politique locale au cours des deux dernières décennies. C’est ce que constate sur le site de l’hebdomadaire Reflex Jiří Štefek qui rappelle quelques-uns de ces épisodes par les plus marquants :

« En 1997, on a connu le dit ‘Attentat de Sarajevo’. Ce nom se rapporte à un séjour du premier ministre de l’époque, Václav Klaus, dans la capitale bosnienne pendant lequel plusieurs de ses confrères de son Parti civique démocrate, l’ODS, ont initié une révolte contre lui qui a causé la chute de son cabinet et qui a donné naissance à la création d’un nouveau parti de droite, l’Union de la liberté... A noter également la conclusion, l’année suivante, d’un accord dit de l’opposition entre le Parti social-démocrate (ČSSD) au pouvoir et le Parti civique démocrate (ODS), dans l’opposition, qui a marqué un marchandage politique jamais vu auparavant. »

« Les 27 traîtres » ou encore « Le putsch de Lány ». Tels sont les noms devenus légendaires qui ont été donnés à deux des autres affaires que la scène politique du pays a connues au cours des vingt dernières années. En 2003, un groupe de sociaux-démocrates ‘traîtres’ n’a pas soutenu la candidature de leur propre candidat, Miloš Zeman, tandis que dix ans plus tard, un autre groupe des sociaux-démocrates envisageait d’éliminer politiquement, dans la résidence présidentielle du château de Lány, leur leader Bohuslav Sobotka. Comme on le sait, le ‘putsch’ n’a pas réussi.

Il y a 25 ans, le dernier soldat soviétique quittait le territoire tchécoslovaque

Photo: VHÚPhoto: VHÚ Ce mercredi, vingt-cinq ans se sont écoulés depuis le moment où le dernier des soldats soviétiques, qui étaient établis dans l’ancienne Tchécoslovaquie depuis l’occupation du pays par les troupes du Pacte de Varsovie en août 1968, a quitté le territoire tchécoslovaque. C’est ce que rappelle un texte mise en ligne sur le site echo24.cz qui constate que cet acte avait une immense importance symbolique pour les gens qui avaient été les témoins de cette invasion armée. Il semblait aussi garantir la sécurité du pays à l’avenir. Selon l’auteur du texte, l’importance de la présence de l’armée soviétique sur le territoire tchécoslovaque est toutefois surestimée. Il explique pourquoi :

« Le climat sombre de la dite période de normalisation des années 1970 et 1980, ce ‘Biafra de l’esprit’, qui a été instauré dans le pays, a été une invention tchécoslovaque par excellence. La vie dans la sphère de l’influence soviétique a été en bien des points clairement définie, les limites étant strictement déterminées par les représentants locaux. Mais force est de constater que dans le cadre de ces limites, les autorités tchécoslovaques ont choisi la voie de la plus grande rigidité et du plus grand conformisme. Les armées soviétiques étaient aussi présentes en Hongrie et pourtant, ce pays a connu plus de liberté et moins de représailles et d’isolement. Dans la deuxième moitié des années 1980, la situation en Hongrie a connu un dégel qui était inimaginable pour les Tchécoslovaques... »

Les troupes soviétiques une fois parties, « l’héritage du régime que les communistes tchécoslovaques ont instauré dès leur arrivée dans le pays demeurent pourtant vivant, plus vivant que l’on ne le croit », observe en rappel de cet événement le site echo24.cz.

Les footballeurs tchèques en manque d’aplomb

Miroslav Pelta et Pavel Vrba, photo: ČTKMiroslav Pelta et Pavel Vrba, photo: ČTK L’échec de la ‘Reprezentace’au Championnat européen de football, sélection tchèque qui n’est pas parvenue à se qualifier pour les huitièmes de finale après sa défaite mardi contre la Turquie (0-2), a trouvé un large écho dans les médias et pas seulement dans les pages sportives. Sur le site lidovky.cz, on pouvait par exemple lire :

« Quarante ans après la médaille d’or gagnée à Belgrade, vingt ans après la médaille d’argent gagnée en Angleterre, les fans tchèques attendaient beaucoup de l’Euro qui se tient en France. Et pourtant, le résultat obtenu à ce championnat est le pire que la sélection n’ait jamais remporté à un grand tournoi. Ce qui manque en premier lieu au football tchèque, ce sont des joueurs d’élite. De ce point de vue, le regard sur le jeu et les résultats de nos footballeurs est sinistre. A l’approche des qualifications pour les Mondiaux, il faut faire beaucoup pour aboutir à la résurrection du football tchèque. Mais ce sera difficile. »

Dans une note publiée sur le site aktuálně.cz, son auteur remarque que lors des matchs de qualification, la ‘Reprezentace’ dirigée par Pavel Vrba a présenté des performances bien meilleures qu’à l’Euro ce qui l’amène à constater qu’elle a joué en-deçà de ses possibilités. Le manque d’aplomb, c’est ce qui aurait été son plus grand défaut. Il estime alors que l’on ne saurait évaluer sa prestation autrement que comme un échec total. Le quotidien économique Hospodářské noviny signale pour sa part que tout en étant mécontente du résultat sportif des footballeurs tchèques, la Fédération tchèque de football (FAČR) se déclare satisfaite du profit financier de leur présence au championnat qui lui a apporté près de 8,5 millions d’euros. Une occasion également de rappeler que lorsqu’en 1962, la sélection tchèque a gagné la médaille d’argent à la Coupe du monde au Chili, chacun des footballeurs n’avait obtenu en guise de récompense que cinq mille couronnes et une radio transistor.

24-06-2016