Deux œuvres injustement oubliées de Camille Saint-Saëns

10-03-2008

Le nouveau directeur musical de l’Opéra d’Etat de Prague Guillaume Tourniaire a eu l’excellente idée de profiter du 120e anniversaire de l’ouverture de ce théâtre pour faire découvrir au public pragois deux oeuvres pratiquement oubliées de Camille Saint-Saëns - le cycle de mélodies «Nuit persane» et le poème lyrique «Hélène». Pour le public pragois et la critique c’était une véritable révélation.

Les spectateurs ont longtemps applaudi cette musique d’une grande richesse mélodique et d’un charme enivrant. Le cycle «Mélodies persanes» a été composé par Camille Saint-Saëns sur des poèmes d’Armand Renaud entre 1870 et 1872 et 1892. Comme l’œuvre a eu du succès, le compositeur l’a adaptés, en 1892 pour deux solistes, un récitant, le choeur et l’orchestre.

Quant à «Hélène», cet opéra en un acte a été écrit, en 1904, pour la grande diva de l’époque Dame Nelly Melba. Le livret évoque le moment crucial dans la vie d’Hélène de Troie, moment où elle doit choisir entre la vie paisible aux côtés du roi Ménélas, son époux, et la fuite vers Troie avec son amant Pâris. Poussée par une passion irrésistible, Hélène décide finalement de fuir pour suivre l’homme aimé malgré les prophéties sinistres de la déesse Pallas Athéna qui prédit les conséquences horribles de son acte. Ce court opéra, en apparence statique, ne manque pourtant pas d’une grande tension dramatique et de beautés musicales qui peuvent rivaliser avec les oeuvres les plus inspirées de l’auteur de «Samson et Dalila».

Grâce à Guillaume Tourniaire, ces deux oeuvres dépoussiérées sortent donc de l’oubli pour nous rappeler que Camille Saint-Saëns n’est pas que l’auteur de «Samson », du «Carnaval des animaux» et de «La Danse macabre». Espérons que cette révélation attirera de nouveau l’attention des interprètes et du public français sur ce compositeur relégué parfois injustement parmi les figures rétrogrades de la musique française. Voici un extrait de la version concert de «Hélène» de Camille Saint-Saëns dans l’interprétation des solistes, du choeur et de l’Orchestre de l’Opéra d’Etat de Prague placés sous la direction de Guillaume Tourniaire.

10-03-2008