Les Tchèques ne se lassent pas de « la chanson tchèque » de Karel Hašler

02-11-2009

Pendant le week-end écoulé, un monument dédié à Karel Hašler, le très populaire compositeur, chanteur et comédien tchèque, né il y a 130 ans, a été dévoilé à Prague. L’événement n’est pas passé inaperçu : les curieux ont été si nombreux qu’ils ont littéralement obstrué le Vieil escalier du château où la cérémonie s’est déroulée. Une preuve on ne peut plus éloquente de ce que les chansons de Karel Hašler sont toujours vivantes. La plus célèbre de ses chansons est Ta naše písnička česká, Cette chanson tchèque qui est la nôtre…

Le monument dédié à Karel Hašler, photo: CTKLe monument dédié à Karel Hašler, photo: CTK Né en 1879, Karel Hašler est d’abord devenu gantier pour entamer très jeune la carrière de chanteur et de comédien. Il a même été engagé au Théâtre national de Prague où il a campé toute une série de rôles. Après la première Guerre mondiale, il a commencé à se consacrer notamment à la composition de chansons, se produisait dans des cabarets. Malgré l’interdiction imposée par la gestapo pendant la Deuxième Guerre mondiale, il n’a pas fléchi et a continué de chanter des chansons vénérant sa patrie. Son courage lui en a coûté la vie. En décembre 1941, il est mort dans le camp de concentration de Mauthausen.

Mélodieuses, lyriques, patriotiques, sentimentales. Tous ces adjectifs collent parfaitement aux chansons de Karel Hašler, dont beaucoup sont devenues de véritables classiques et demeurent de notoriété générale. Comme par exemple celle qui s’appelle Sur le vieil escalier du château (Po starých zámeckých schodech).

02-11-2009