Musique : avec Hradišťan à Noël, la lumière luit dans les ténèbres

24-12-2018

« Pozdraveno budiž světlo », tel est le titre de l’album du groupe morave Hradišťan que nous vous invitons à découvrir dans cette émission musicale de Noël.

Photo: Indies ScopePhoto: Indies Scope Pour les Tchèques, le temps de la célébration de la naissance de l’enfant Jésus commence le 24 décembre bien avant minuit. Appelé « Štědrý večer » - littéralement « la soirée généreuse » -, le réveillon de Noël commence par un repas traditionnel en famille, suivi de la distribution des cadeaux déposés préalablement comme par enchantement au pied du sapin non pas par le Père Noël mais par « Ježíšek » - le petit Jésus.

Don de Dieu et source de vie, la lumière figure au cœur de cet album qu'ouvre la chanson intitulée « Pozdraveno budiž světlo » - « Saluons la lumière ». Ses paroles sont très largement inspirées du prologue de l’Evangile selon Saint Jean qui évoque « la lumière des hommes », cette « lumière qui luit dans les ténèbres », que « les ténèbres n’ont point reçue » et qui, enfin, « en venant dans le monde, éclaire tout homme ».

Dans cette émission spéciale de Noël, nous écoutons Hradišťan, groupe traditionnel de musique folk probablement le plus apprécié des Tchèques. Fondé en 1950 à Uherské Hradiště, en Moravie du Sud, Hradišťan est dirigé depuis quarante ans par le violoniste, compositeur et chanteur Jiří Pavlica. C’est notamment grâce à lui que le groupe jouit d’une belle renommée sur la scène nationale comme internationale, séduisant le public et la critique avec un répertoire varié inspiré tant de la musique populaire que des musiques folk, classique et sacrée.

Jiří Pavlica et Hradišťan, photo: Marek Malůšek / Site officiel du groupe HradišťanJiří Pavlica et Hradišťan, photo: Marek Malůšek / Site officiel du groupe Hradišťan Sur l’album de Noël que nous écoutons dans cette émission figure par exemple le chant Gloria, interprété par Hradišťan dans le vieux slave du IXe siècle. Nous l’écouterons ainsi que « Puer natus in Betlehem », un des plus anciens chants de Noël, tel qu’il était interprété dans les pays tchèques au XVIe siècle. Cette version en latin est suivie d’une autre en tchèque (« Děťátko se narodilo »), chantée, elle, en Bohême à l’époque baroque. Nous nous quitterons sur l’air de « Sanctus », un extrait de la Missa brevis, composée par Jiří Pavlica.

L’équipe de la rédaction française de Radio Prague vous souhaite un Joyeux Noël – ou comme disent les Tchèques : šťastné a veselé !

24-12-2018