Athlétisme : c’était encore la piste aux étoiles à Ostrava

21-06-2019

C’est, depuis quelques années déjà, le grand rendez-vous des fans d’athlétisme en République tchèque. Jeudi soir s’est tenu le meeting d’Ostrava avec, une fois encore, un plateau exceptionnel et une pluie de stars à l’affiche.

Pavel Maslák, Andre De Grasse, Christian Coleman et Ján Volko, photo: ČTK/Jaroslav OžanaPavel Maslák, Andre De Grasse, Christian Coleman et Ján Volko, photo: ČTK/Jaroslav Ožana

Tout au long de sa carrière, Usain Bolt s’est régulièrement fait un devoir de courir en Moravie-Silésie. Désormais en retraite, le sprinter jamaïcain n’est certes plus là, mais les organisateurs du meeting d’Ostrava n’en continuent pas moins de réussir à attirer le gratin de l’athlétisme mondial.

La preuve, jeudi soir, avec l’officieux record du monde du 300 mètres en 34’’41 réalisé par la Bahamienne Shaunae Miller-Uibo, championne olympique en titre du 400 mètres, les 2,06 mètres franchis à la hauteur par la Russe Mariya Lasitskene, double championne du monde, ou encore la belle bagarre offerte sur le 200 mètres par l’Américain Christian Coleman et le Canadien Andre De Grasse, avec victoire du second nommé en 19’’91 malgré une piste détrempée par un orage qui a bien été le seul à quelque peu gâcher la soirée.

Tous les meilleurs n’avaient cependant pu répondre à l'appel. Le public a ainsi regretté l’absence du Norvégien Karsten Warholm, champion du monde en titre et nouveau recordman d’Europe du 400 mètres haies. Mais comme l’a assuré Alfons Juck, le manager slovaque sur lequel repose une grande partie du succès de la réunion d’Ostrava, ce n’est là que partie remise :

« Karsten m’a envoyé un message ce soir-même pour me dire combien il était content que le meeting se soit bien passé avec de très belles performances à la clef. Il m’a fait part de son désir d’être présent à Ostrava dès l’année prochaine. Tout était convenu pour cette année, puis il s’est blessé après son record d’Europe chez lui à Oslo la semaine dernière. Mais il reviendra, comme d’autres stars qui apprécient vraiment Ostrava. »

Juan Miguel Echevarria, photo: Petr Sznapka / ČTKJuan Miguel Echevarria, photo: Petr Sznapka / ČTK L’air de rien, pas même un certain nombre des quatorze meetings qui composent la prestigieuse et lucrative Ligue de diamant, ne proposent un programme aussi alléchant que celui d’Ostrava, qui constitue une des étapes du Challenge mondial de l'IAAF (la fédération internationale). Le Cubain Juan Miguel Echevarria à la longueur ou encore l’Américain Sam Kendricks à la perche, pour ne citer qu’eux, se sont ainsi, eux aussi, produits devant un public tchèque traditionnellement amateur et connaisseur.

Le tout sans oublier la présence de la fine fleur tchèque de ces dernières années, à commencer, bien évidemment, par Barbora Špotáková au lancer du javelot. De retour à la compétition cette saison après la naissance de son deuxième enfant l’été dernier, l’ancienne double championne olympique (2008 et 2012) et recordwoman du monde cherche toutefois encore ses marques et la forme. A Ostrava, dans un concours remporté par la championne olympique croate Sara Kolak avec 64,45 mètres, Špotáková a donc dû se contenter de la quatrième place avec un meilleur lancer légèrement supérieur à 60 mètres, soit sa moins bonne performance de la saison :

Barbora Špotáková, photo: Petr Sznapka / ČTKBarbora Špotáková, photo: Petr Sznapka / ČTK « Je suis venue ici sans attente particulière, ni idée précise de ce que j’étais capable de faire. Je ne suis donc ni étonnée, ni déçue par ma performance. Ce n’était pas terrible, c’est vrai, mais aucune autre concurrente n’a été exceptionnelle aujourd’hui. C’est toujours un plaisir de venir à Ostrava, les conditions sont excellentes et le public est fantastique. J’ai besoin de m’entraîner et de compétition, mais de toute façon, les Jeux olympiques l’année prochaine restent ma principale motivation. »

Toujours au javelot, mais chez les hommes cette fois, à signaler aussi les 90,34 mètres réalisés par Magnus Kirt. L’Estonien est le premier cette saison et le douzième de l’histoire à avoir dépassé les 90 mètres. Pour la petite anecdote, jamais encore un lanceur gaucher n'était allé aussi loin... Pas assez toutefois encore pour menacer le record du monde Jan Železný (98,88 m, en 1996), mais suffisant pour confirmer que c’est encore une bien belle soirée d’athlétisme que le public d’Ostrava a passée jeudi.

21-06-2019